PARTAGER

Après le drame, on cherche les coupables. Mais on ne se regarde jamais devant une glace pour voir notre véritable reflet. On provoque le destin et on verse les larmes en voulant retrouver l’arme du crime. Sans analyser le mobile du crime. La tragédie du Daaka est une nouvelle piqûre de rappel. Elle nous rappelle les terribles accidents que nous avons connus à cause de notre rapport avec notre cadre de vie. Qui est responsable ? Accusé, levez-vous !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here