PARTAGER
Moussa Sow, coordonnateur de Puma.

Pour développer les zones frontalières du Sénégal, il faudra, selon le Programme d’urgence de modernisation des axes et territoires frontaliers (Puma), réaliser 14 844 actions dans trois domaines. Que sont le désenclavement, le développement durable et la sécurité frontalière pour un montant total de 609 milliards de francs Cfa. Le Puma intervient dans 10 régions.

Pour atteindre son objectif qui est de moderniser des axes et territoires frontaliers et par la même occasion, améliorer les conditions de vie des populations, le Programme d’urgence de modernisation des axes et territoires frontaliers (Puma) devra réaliser 14 844 actions. Cela passe, selon les explications du coordonnateur national, Moussa Sow, par favoriser le désenclavement routier, maritime et  numérique ; contribuer au développement durable par la réalisation d’infrastructures de base et assurer la sécurité des zones frontalières.  Ainsi à part Dakar, Thiès, Diourbel et Louga, toutes les autres régions du pays seront concernées. Au total, c’est 10 régions, 28 départements et 220 communes que le Puma va toucher. Ainsi plus de 4 millions 719 personnes sont concernées, soit 32% de la population du Sénégal pour un total de 609 milliards de francs Cfa. Ce montant sera réparti ainsi : 11 milliards pour la région de Kaolack ; Kaffrine se trouve avec 13 milliards de francs Cfa ; 32 milliards iront à Matam ; pendant que Tamba­counda aura 37 milliards ; 48 milliards pour Sédhiou ; 50 milliards seront injectés à Fatick ; 55 milliards seront destinés à la région de Ziguinchor ; 59 milliards à celle de Kolda ; 134 milliards de francs seront alloués à la région de Saint-Louis. La région de   Kédougou se taille la part du lion avec une enveloppe de 151 milliards de francs Cfa.
En effet, explique le coordonnateur du Puma, il est prévu dans cette région du sud-est du Sénégal, la réalisation de pistes bitumées.
Ces chiffres ont été donnés hier lors de l’atelier de partage et de rationalisation de la matrice des actions prioritaires du Puma. L’objectif étant entre autres, d’identifier les différentes actions inscrites dans la Map et éventuellement prises en compte par les ministères, programmes et projets intervenant dans les zones cibles du Puma.
Il faut noter que le Puma a 3 composantes que sont le désenclavement, le développement durable et la sécurité frontalière. La première composante a 2 axes d’intervention. Elle doit soulager les populations sur le transport terrestre, fluvial et maritime dans un premier temps. Et en second lieu, le désenclavement veut assurer une couverture téléphonique dans les zones frontalières. En ce qui concerne le développement durable, le Puma a identifié 3 axes d’intervention que sont : la réalisation ou la rénovation d’infrastructures et équipements sociaux de base, la promotion économique avec la mise sur pieds d’activités génératrices de revenus ou un cadre permettant d’épanouir économiquement et les actions humanitaires et de secours. Pour la dernière composante qui est la sécurité frontalière, 2 axes d’intervention sont identifiés. Il s’agit du renforcement des infrastructures de sécurité territoriale et le renforcement des services déconcentrés.
mgaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here