PARTAGER

L’arrivée de Sen’Eau dans la gestion du réseau d’eau potable hérité de la Sde est marquée par de grosses inquiétudes et une souffrance accrue des ménages sénégalais dans l’accès à l’eau. Il ne passe presque plus une seule journée sans que les populations ne manifestent leur ras-le-bol. Le comble est en train de se produire à Diamniadio Sud-Extension où en 2012, tout comme la Senelec, avec un coût et un procédé similaires, pour une extension du réseau de la Sde sur près de 150 m, nous avions supporté un coût global de près de 3 millions de F Cfa, précisément 2 millions 952 mille 970 F Cfa sur la base d’un moratoire avec 50% du coût initialement versé, le reste étalé sur quelques mois (6 mois au max.) en raison de +/- 250 mille F Cfa par mois.
Après avoir strictement respecté les termes du contrat avec la Sde d’alors, nous avions libéré ce bout de réseau afin de permettre aux populations locales de disposer d’eau à moindre coût à domicile. Car en tant qu’extension privée, pour s’y raccorder, elles devraient payer très peu pendant les cinq années suivantes (2013/2013 – 2017/2018). Mais certains voisins ont estimé trop cher leur accès au tuyau (jusqu’à +/- 150 mille F Cfa). Alors que pour nous, ce geste n’est autre qu’un acte citoyen et humain pour soulager la souffrance de la population locale et ainsi contribuer au développement de la zone. C’est en effet grâce à ces extensions (électricité et eau) d’un coût global d’environ 6 millions de F Cfa que les constructions ont très rapidement vu le jour et la zone entièrement habitée.
Huit années plus tard et quelques mois après l’avènement de l’ère «Sen’Eau», nous avons reçu dans la facture n° 11-03-171-835 de notre compteur référencée n° 116019520720 une réclamation de 620 mille 312 F Cfa comme arriéré de paiement à cette extension sous peine de voir le compteur retiré. Pourtant, cette extension sert maintenant à Sen’Eau de prolonger ses raccordements dans la zone maintenant totalement couverte par un nouveau projet d’Aep1. Malgré un courrier adressé à Sen’Eau en date du 30 juin 2020 avec ampliations à la Sones, à la direction générale de Sen’Eau et au ministre de l’Eau, nous estimons être injustement coincés entre le marteau de la Sde et l’enclume de Sen’Eau au vu des menaces persistantes de Sen’Eau (lettres de IS 32 01 10 du 08/07/2020 et n° 0000598 MG/GF-N°209/2020-DCL du 20/07/2020). En tant que citoyens sénégalais très insatisfaits de la prestation de nos sociétés d’Eau, nous faisons confiance à notre justice afin que la machine du capitalisme aveugle n’enraye pas nos droits élémentaires d’accès à l’eau.
Cet article s’inscrit dans le cadre d’une sensibilisation de l’opinion nationale et internationale sur l’impérieux combat global, citoyen et responsable, auquel les Sénégalais doivent s’engager. Dans un contexte de Covid-19, à la suite d’immenses efforts de l’Etat du Sénégal dans presque tous les secteurs, une meilleure qualité du service publique en général et celle du service de l’eau en particulier, eu égard au caractère vital de cette denrée, doivent être placées au cœur du contrôle citoyen vis-à-vis de nos sociétés d’eau plus orientées vers le profit que la gestion qualitative ou la rigueur administrative requises encore moins le social désappauvrissant.
Dr Thierno NDOUR
2551/2553,
Diamniadio sud-extension
Rufisque – Dakar
1 AEP : Adduction d’Eau Potable

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here