PARTAGER

Adji Mergane Kanouté a été désignée le 13 mai 2017, Femme modèle politique. La présidente de l’Union pour le développement du Sénégal/Authentique (Uds/A) et première vice-présidente des femmes de Benno bokk yaakaar parle de son sacre, de la suspension des investitures de Bby par Macky Sall et du programme des femmes de Benno pour les Législatives de 2017.

Qu’est-ce cela vous fait d’avoir été nommée Femme modèle politique ?
Ça a été un grand honneur d’être désignée Femme modèle politique parmi tant d’autres femmes aussi méritantes. Je prends cette distinction avec beaucoup d’humilité, de modestie en ce sens que c’est une source de motivation. C’est un lourd fardeau que je porte et j’espère que je ne vais pas décevoir les Sénégalais qui ont eu à porter leur choix sur ma modeste personne. Femme modèle politique consacre tout simplement la Femme avec des valeurs et des convictions. Donc, si toutes ces valeurs, ces principes et convictions se retrouvent en moi, je ne peux que m’en réjouir. Je pense me maintenir dans cette dynamique, être une référence pour les femmes, mais également pour la jeunesse féminine et la jeunesse sénégalaise en général. Je remercie mes défunts parents car c’est eux qui m’ont inculqué de bonnes valeurs.

Que pensez-vous de la décision du président de la République de suspendre les investitures de Bby ?
C’est une décision qui est à la fois opportune et pertinente, dans la mesure où nous avons assisté à des querelles de positionnement, à une crise de leadership, à un désordre extraordinaire, et il fallait y mettre un terme. Donc, c’est une décision sage puisque, en demandant la tenue des assemblées des investitures, le Président Macky Sall avait pour objectif tout simplement de faire prévaloir la concertation, le consensus comme cela se fait dans toutes les grandes démocraties. Maintenant, de­vant ce désordre constaté, il fallait tout simplement remettre de l’ordre. Nous avons assisté à plus de tiraillements et de guerres fratricides. Et cette manière de procéder est assez importante dans la mesure où ça a permis maintenant à tout un chacun de pouvoir, en toute responsabilité, faire acheminer son dossier au niveau des coordonnateurs départementaux. A charge maintenant pour ces responsables de faire parvenir leurs dossiers au niveau de la commission des élections. Egalement la décision finale revient au Président Macky Sall qui va opérer les choix définitifs. Il lui appartiendra  de choisir ceux et celles qui vont représenter la coalition Benno bokk yaakaar au niveau des départements respectifs.

Des tiraillements dans la mouvance présidentielle, mais une dynamique unitaire à Manko taxawu senegaal. Alors, cela ne vous fait-il pas peur ?
Vous savez, une dynamique unitaire et être solidaire, c’est diffèrent. Manko est un rassemblement de frustrés où il y a une absence remarquable de sincérité et de générosité dans les relations. La situation actuelle de cette coalition de circonstance renseigne fort sur l’opportunisme qui anime ce regroupement de personnalités aux ambitions présidentielles. L’opposition n’a jamais eu de programme pour les Sénégalais, si ce n’est le programme habituel de «libérez Karim Wade» ou «libérez Khalifa Sall». Le Sénégal a besoin d’une opposition forte, mais également intelligente et constructive.

Vous attendez-vous à une possible cohabitation ?
La cohabitation, je n’y crois pas et il n’y en aura pas. C’est qu’entre Manko et Benno bokk yaakaar il n’y aura même pas de bataille. Ces deux coalitions ne sont même pas comparables, car du point de vue de l’expérience, du leadership et de la compétence, Bby n’est pas une coalition qui s’est faite en un jour ou un mois, voire 2 mois. C’est une coalition forte qui est là bien avant les élections de 2012. Nous avons su nous comprendre, nous avons eu un vécu, nous nous connaissons, nous nous tolérons. Donc, ce n’est pas évident d’avoir du jour au lendemain une coalition aussi forte. Ce qu’on ne voit pas dans l’opposition qui, comme j’ai dit, n’est qu’une opposition de circonstance. Et ce qui se passe présentement nous montre qu’effectivement que c’est une coalition qui ne fait pas peur à Benno. Au contraire nous sommes sereins, confiants et sûrs de la victoire au soir du 30 juillet.

Nous sommes à un mois des Législatives, quel est le programme des femmes de Benno bokk yaakaar dont vous êtes la 1ère vice-présidente ?
Depuis 2012, nous sommes sur le terrain en permanence. Nous organisons des activités qui nous permettaient d’assurer au président de la République, Président de Benno, des victoires futures. Nous sommes en train d’effectuer une tournée de proximité dans tous les départements. Nous avons déjà commencé dans certaines communes où nous – sommes parties voir certaines cibles comme les jeunes, les femmes, les adultes, les leaders d’opinion pour partager avec eux le bilan élogieux du Président Macky Sall. Il ne sert à rien d’organiser des meetings où les cibles ne peuvent même pas capter le message. Donc, nous allons prôner une nouvelle démarche pour promouvoir les réalisations du chef de l’Etat.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here