PARTAGER

Pour permettre à l’aéroport international Blaise Diagne de Diass de jouer pleinement son rôle de hub sous-régional, la nouvelle compagnie Air Sénégal Sa va commencer à fonctionner dès le mois de septembre prochain. Juste à temps pour pouvoir étrenner la nouvelle infrastructure.

Le Sénégal veut reprendre sa place dans le transport aérien en Afrique mais cette fois-ci avec l’aéroport international Blaise Diagne de Diass comme plaque tournante. C’est en ce sens que le ministre du Tourisme et des transports aériens,  Mme Maï­mouna Ndoye Seck, qui rencontrait ce week-end l’ensemble des partenaires dudit ministère pour clôturer  les journées du trans­port aérien à Saly Portudal, a échangé sur les évolutions relatives à la mise en œuvre du projet du hub aérien, et rappelé que les activités de la nouvelle compagnie aérienne Air Sénégal Sa devraient démarrer en septembre prochain. Cela permettrait une plus grande connectivité aérienne entre le Sénégal et l’extérieur.
Le ministre du tourisme et des transports aériens a indiqué que les travaux de l’Aibd étant achevés à 97%,  «l’intelligence économique va nous permettre de voir l’impact d’une compagnie aérienne, qui n’est pas seulement un outil financier, mais un outil économique. Notre objectif reste et demeure que le premier appareil à décoller sur Aibd soit celui de la nouvelle compagnie Air Sénégal Sa. Cela ne veut pas dire que la compagnie ne sera pas fonctionnelle avant le démarrage de l’Aibd, puisque nous travaillons pour un démarrage des activités durant le dernier trimestre de l’année 2017. Aujourd’hui, toutes les décisions stratégiques ont été arrêtées, la procédure d’acquisition est lancée et d’ici le mois de septembre, ou au plus tard octobre prochain, on pourra démarrer les activités de cette nouvelle compagnie», a déclaré Maï­mou­na Ndoye Seck.
Interpellée sur la liquidation de la défunte compagnie Sénégal Airlines, Madame Seck a rappelé que le gouvernement a fait ce qu’il devait faire et que le dossier se trouvait à l’heure actuelle au tribunal, qui a déjà désigné un expert dans le cadre de la liquidation. «Nous suivons les opérations de très près, nous accompagnons les travailleurs par des actions sociales et chaque fois que c’est nécessaire, nous faisons accélérer la mise en œuvre de la liquidation», a souligné le ministre.
Revenant sur le devenir de l’aéroport Léopold Sédar Sen­ghor qui fait couler beaucoup de salive, le ministre a précisé que c’est une question qui dépasse ses prérogatives, qui se trouvent être d’achever les travaux de l’Aibd et de transférer les activités commerciales de Dakar à Diass. «Le devenir de l’aéroport Léo­pold Sédar Senghor est du ressort du président de la Répu­blique. Les réflexions sont en cours pour voir s’il faut en faire un aéroport privé ou un héliport. De toute façon, le mo­ment venu le président de la Répu­blique va prendre une décision.»

abciss@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here