PARTAGER

Ceux qui avaient participé en 2013 au cambriolage de l’entrepôt du célèbre importateur de riz, Bocar Samba Dièye, à la Sodida encourent 15 ans de travaux forcés. Ils répondaient hier, devant le juge de la Chambre criminelle, des crimes d’association de malfaiteurs, de vol en réunion commis la nuit avec usage de moyen de locomotion et port d’arme et de complicité de ce chef.

Dans la nuit du 3 au 4 novembre 2013, Bocar Samba Dièye a été victime d’un vol. L’entrepôt du célèbre homme d’affaires, situé à la cité Sodida, a été cambriolé par des malfaiteurs. Hier, les accusés qui risquent gros ont été à la barre de la Chambre criminelle du Tribunal de grande instance de Dakar. En effet, 15 ans de travaux forcés, c’est la peine requise par le Parquet général contre eux. Il s’agit des nommés Fallou Sène, Ibrahima Sané, Serigne Niass, Mignane Diouf, Ibrahima Ndong, Ibrahima Diakhaté, Amadou Sarr, Ibrahima Soum, Djiby Dia. La nuit des faits, l’importateur de riz a été informé par un anonyme. Ce dernier lui a annoncé la présence d’individus suspects devant son magasin. C’est sous la pénombre qu’ils ont été aperçus par cette personne en train de charger un camion. Pour effacer toute trace de leur forfait, ils ont même masqué le numéro d’immatriculation dudit véhicule. Malheureusement pour eux, ils ont été vus et dénoncés. Et le vieux, à son tour, informa le commissariat du Point E. C’est ainsi qu’un transport a été effectué sur les lieux avec des éléments de la police. Et qui a porté ses fruits. Parce que le camion contenant 40 tonnes de riz, qui devraient être acheminées ailleurs, a été intercepté. Sur place, il y a eu des arrestations. Une machette, des cadenas brisés, une paire de cisailles ont été saisis.
Mais avant leur arrivée, les malfrats avaient déjà transporté 20 tonnes de la Sodida à la Cité Lobat Fall de Pikine dans un entrepôt. Le chauffeur Amadou Sarr, qui a eu écho de la découverte du deal par la police, s’est vite ouvert à son grand frère. Celui-ci n’a pas mis du temps pour alerter la police de Pikine. Le reste de la bande va être arrêté dans l’entrepôt où étaient stockées les 20 tonnes. Alors qu’avant cela, un accord de vente a été conclu avec le commerçant Djiby Dia sur proposition de Ibrahima Soum. Il devait prendre les 40 tonnes, moyennant la somme de 9 000 francs Cfa le sac. A la barre, aucun accusé n’a voulu endosser la responsabilité du cambriolage. Chacun cherchait à se laver à grande eau. Cependant, l’Avocat général reste convaincu qu’il «y a eu soustraction frauduleuse. Au moins, il y a une concertation pour enlever le riz. C’est une bande de malfaiteurs et la complicité aussi ne souffre d’aucune contestation». Ils sont poursuivis pour les crimes d’association de malfaiteurs, de vol en réunion commis la nuit avec usage de moyen de locomotion et port d’arme et de complicité de ce chef. Délibéré au 3 septembre.
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here