PARTAGER

L’accusation du Parquet est détruite au jour le jour par les avocats de la défense qui dénoncent une procédure instruite dans la précipitation.

Chaque matin, les avocats des présumés terroristes essaient de détruire l’accusation du Parquet et l’ordonnance de renvoi jugées fantaisistes. Selon eux, ce procès a été organisé dans l’unique but de faire plaisir aux puissances occidentales. Selon Me Amadou Aly Kane qui défend Lamine Coulibaly, «il se pose dans cette affaire l’extinction de l’action publique due à l’abrogation de la loi pénale 2007 et l’arrestation arbitraire des accusés». C’est-à-dire ? «Le procès-verbal et l’ordonnance de renvoi sont nuls. C’est pourquoi on ne peut pas les juger. Bref, tout est nul dans cette procédure», avance Me Kane qui regrette l’absence de faits. «C’est plutôt un dossier de police qui a été remis à la Chambre. Alors qu’il suffisait de ficher les accusés et de mettre leur téléphone sur écoute et des espions sous les gardes pour gérer cette affaire en attendant de disposer des renseignements sur eux pour ouvrir une information judiciaire», détaille Me Kane. Il avance : «En tout cas, les accusés ont été trompés. Boko haram n’a rien de religieux. C’est tout simplement une manipulation des services occidentaux habillés avec les couleurs de la religion. Si jamais demain notre gaz sort ici, attendez-vous à des mouvements Boko haram.» Finalement, il parle de délits de faciès. «Il y a des francs-maçons qui se réunissent pour parler de leur secte, mais ne sont pas considérés comme des terroristes. Des partis politiques en font autant pour parler de la stratégie à mettre en œuvre pour gagner une élection, sans être traités de terroristes», fait-il remarquer. Et pourtant ? «Dès que deux musulmans se retrouvent pour parler de leur religion, ils sont des terroristes, ils sont dangereux. C’est un complexe que nous faisons en suivant des gourous», dit-il en regrettant qu’il n’y ait aucun fait matériel qui permet d’asseoir l’existence des crimes retenus contre Lamine Couli­baly. Par conséquent, il a plaidé l’acquittement.
Me Issa Diop, qui défendait hier Omar Yaffa, a aussi demandé l’acquittement de son client qui encourt la prison à perpétuité, si le juge suit évidemment le réquisitoire du Parquet. Pour lui, le juge d’instruction qui n’a aucun élément sur Omar Yaffa aurait dû s’abstenir de le poursuivre. Mais on lui reproche le délit de blanchiment d’argent. «Comment une personne aussi pauvre peut blanchir ? Pour blanchir de l’argent, il faut d’abord en avoir. Lui n’en a jamais eu. Donc, c’est par mimétisme, par précipitation qu’on a mis son nom dans cette affaire de terrorisme», dit-il en précisant qu’aucun fait d’apologie ne peut être rattaché à son client. «Et si le Sénégal est épargné par les actes terroristes, c’est par le fruit de la volonté divine et pas de mérite», conclut-il.
Par ailleurs, l’avocat de Ibrahima Diallo alias Abu Diallo conseille de ne pas remuer le couteau dans la plaie. «II ne faut pas être le bras armé de l’Occident. Le soutien de notre pays à Charlie Hebdo a créé une insécurité dans le pays. On n’a jamais été dans le viseur des terroristes jusqu’au jour où notre Président est allé en France pour soutenir Charlie Hebdo», rappelle-t-il.
justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here