PARTAGER

A défaut de l’Assemblée nationale, les députés catholiques ont décidé de mener une médiation pour la résolution de la crise à l’Institution Sainte Jeanne d’arc. Alors que l’affaire s’enlise, exacerbée par les propos du khalife général des Tidianes, les parlementaires vont se réunir demain pour affiner une stratégie de sortie de crise. «On avait entamé la démarche depuis le mois de mai. On avait rencontré le ministre de l’Education nationale et la direction de l’école. Après, ce sont les vacances parlementaires qui ont cassé la dynamique. On a décidé de reprendre notre bâton de pèlerin», nous souffle-t-on.
Aux dernières nouvelles, l’Eglise se serait radicalisée, exigeant que le règlement intérieur de l’école soit respecté, donc que les élèves voilées soient toujours renvoyées. D’après des sources, l’Eglise ne compterait pas fléchir quitte à ce que l’établissement soit fermé tel que menacé par le gouvernement.
L’affaire Jeanne d’arc commence à prendre des proportions inquiétantes. Lundi, dans le cadre de la soirée de célébration de l’Achoura, le khalife général des Tidianes a invité l’Etat à fermer les portes de l’école si les autorités de celle-ci ne se conforment pas à la laïcité sénégalaise. «L’institut n’a ni respect ni considération pour le Sénégal», avait pesté le chef religieux. Suffisant pour sonner la rentrée des clashs à l’Institution Sainte Jeanne d’Arc.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here