PARTAGER

A la place d’un soutien, le Ps «exige» de Khalifa Sall des preuves de son innocence. Pour rajouter une couche aux déboires du maire de Dakar, Ousmane Tanor Dieng et ses camarades ont activé hier la commission de discipline.

Sa réaction était scrutée après l’emprisonnement de son chargé de la Vie politique. Le Parti socialiste reste de marbre. En lieu et place d’un soutien, Khalifa Sall est sommé avec très peu de diplomatie, par Ousmane Tanor Dieng et ses camarades de fournir à la justice les preuves de son innocence. Lors de la réunion du Secrétariat exécutif national, tenue hier à la Maison du parti, les Socialistes ont «pris acte» de l’ouverture d’une information judiciaire dans l’affaire de la caisse d’avance de la mairie de Dakar, mais «demandent» à tous les mis en cause, dont Khalifa Sall, «de fournir les preuves de leur innocence pour recouvrer rapidement leur liberté».
D’après le porte-parole du parti, il y va de la «crédibilité» de la classe politique de tirer rapidement cette affaire au clair.  «Le Ps lance un appel à tous les acteurs pour plus de sérénité, de retenue, de responsabilité et d’objectivité dans l’appréciation des faits, afin d’éviter de fragiliser l’Etat de droit, rempart de la stabilité sociale du Sénégal. En toutes circonstances, le Ps réaffirme sa confiance à la justice et souhaite vivement que la procédure enclenchée suive son cours normal», a poursuivi Abdoulaye Wilane.

Khalifa et Cie vers l’exclusion
Ce dernier qui déclare que «nul n’est indispensable», estime que le Ps dans le département de Dakar se porte mieux en l’absence de patron. «La vie du parti n’était pas animée par Khalifa Sall. C’est au niveau des comités et des sections. Ce qu’on attendait de lui, c’est d’animer le parti dans son département». D’ailleurs, selon le maire de kaffrine, le département de Dakar vit mieux depuis que Khalifa Sall s’est retrouvé en prison.
Par ailleurs, le Sen a décidé d’activer la commission de discipline à l’encontre de Khalifa Sall et de ses camarades qui ont pris leurs distances par rapport aux décisions. Après avoir reçu le président de la Commission ad hoc de discipline du parti, M. Cheikh Abdoul Khadre Cissokho, le Sen a donné carte blanche à ce proche de Tanor pour entendre les responsables incriminés. Déjà, l’odeur de l’exclusion se fait sentir.
Wilane de menacer : «On ne peut tolérer que des soi-disant camarades siègent dans les instances et passent leur temps à saper le moral du parti et à faire dans une dissidence qui ne se cache plus. A ces camarades le parti, a demandé d’aller répondre à la commission de discipline.» Précisant que le Ps «se réservera de faire appliquer les mesures qui en découleront», il conclut : «S’agissant de  Barthélémy Dias et Cie, je les mets en garde que le parti ne tolérera pas l’intolérable. Nous allons prendre nos responsabilités. Qu’ils ne comptent pas sur nous pour aller faire dans la victimisation. C’est un jeu cousu de fil blanc.»

bgdiop@lequotidien.sn  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here