PARTAGER

Babacar Ngom, le pdg de la Sédima, n’a rien à se reprocher. C’est ce qu’il faut retenir de la conférence de presse du patron de la Sédima sur l’affaire des 225 ha de Ndingler. Il a expliqué avoir obtenu de la municipalité de Sindia une délibération en 2014 avant de régulariser ces 225 ha en titre foncier.

L’homme d’affaires qui a refusé le costume de victime, s’est quand même permis de comparer la situation des investisseurs étrangers avec celle des locaux. « Quand un étranger vient, on lui donne des terres sans bruits. Et si c’est un Sénégalais, les problèmes commencent » a dit le patron de la Sédima. Qui a expliqué que le projet agricole va être bénéfique aux habitants de Ndingler car « c’est entre 500 et 1000 emplois qui vont être créés ».

Répondant à la question de savoir s’il y a une dose de politisation de cette affaire, Babacar Ngom a affirmé ceci : « on pense qu’il y a une dose de politisation. Ceux qui s’agitent dans cette affaire font de la politique ». Il a assuré que Abdou Karim Fofana, le ministre de l’urbanisme est en train d’échanger avec les 2 parties et qu’une solution est à envisager. Néanmoins, il a expliqué que « ça ne gêne pas la Sédima de geler ce projet pendant 2 ans voire plus ».

Babacar Ngom a profité de la présence des caméras pour demander plus de soutien de l’Etat au secteur privé. Il est d’avis que pour développer le pays, le gouvernement doit s’appuyer un secteur privé fort. Concernant sa relation avec Macky Sall, Babacar Ngom explique qu’elle n’est pas rose.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here