PARTAGER

Dans une conférence de presse tenue durant la semaine écoulée, le sieur Bassirou Diomaye Faye, originaire de Ndiaganiao (où se trouve le village de Ndingler) et membre du parti Pastef,  «accuse» la Sedima de l’industriel Babacar Ngom de vouloir faire des populations de Ndingler des «ouvriers agricoles». Mais si cela était vrai, en quoi est-ce scandaleux ?
Des puissances mondiales développent leur agriculture sur des surfaces latifundiaires, employant des centaines d’ouvriers agricoles. Et c’est très bien ainsi, avec une haute productivité et des rendements élevés. Car la seule autre alternative viable pour un agribusiness de développement, c’est l’agriculture mécanisée où deux personnes dans un champ, au volant de tracteurs et de moissonneuses-batteuses, produisent à eux seuls des récoltes pour des centaines de milliers de personnes. Et cette option n’est pas à privilégier au Sénégal, dans un pays au chômage élevé (notamment celui des jeunes) et à l’emploi précaire généralisé. Quant à l’agriculture dite familiale sur de petites parcelles, c’est une douce utopie qui nous fait revenir aux temps moyenâgeux du troc et de l’agriculture de subsistance. Nous n’en voulons pas.
Mais pour comprendre cette répulsion des Sénégalais à être des ouvriers agricoles, il faut entrer dans leur psyché. Dans un pays dont les ethnies majoritaires (Wolofs et Halpulaar) croient au système des castes, l’agriculture était l’apanage des prétendus «nobles». Donc, quand ils cultivent pour un patron, les Sénégalais pensent devenir des esclaves captifs. Ainsi, en devenant ouvrier agricole, le Sénégalais a l’impression qu’il se retrouve à l’époque des champs de coton esclavagistes des Amériques où ont été convoyés des Africains mis en captivité durant la Traite Atlantique. Il revoit le feuilleton Racines avec Kunta Kinte. Et ce préjugé tenace et rétrograde est aussi un des obstacles au décollage des Dac, les domaines agricoles du Prodac qui peinent à trouver des ouvriers agricoles et comme palliatif bancal, le Prodac établit des contrats de travailleurs indépendants pour un nombre encore très insuffisant d’entre eux et pour un résultat inopérant. Les Sénégalais ont hélas un rapport fétichiste à la terre et restent ainsi des «intermittents de l’agriculture» quand ils sont cultivateurs, travaillant la terre trois mois sur douze, en s’en remettant au bon vouloir du ciel quand il veut bien ouvrir ses vannes et déverser des pluies. Nos compatriotes refusent donc, majoritairement, toute évolution, aussi bien en termes de méthodes de culture modernes qu’en termes de relations contractuelles entre ouvrier agricole et promoteur agricole. Au pire, ils veulent bien louer la terre qu’ils cultivent à son propriétaire. De plus, on semble n’avoir le droit de cultiver au Sénégal que sur les terres du village de ses ancêtres. Diantre ! Trêve d’obscurantisme.
A cet égard, il ne faut d’ailleurs pas oublier la tradition d’antan des «Navé­tanes», où pendant l’hivernage (Nawet) propice au semis et au labour, le Sénégal importait des ouvriers agricoles venus de la sous-région (Mali, Guinée, etc.), comme si le travail champêtre n’était pas fait pour les Sénégalais bon teint.
Il faut définitivement arrêter avec ces représentations mentales féodalistes, qui voudraient qu’un citoyen libre ne puisse pas louer ses bras comme ouvrier agricole. Et l’Etat du Sénégal doit prendre ses responsabilités pour faire prévaloir ce discours et faire évoluer les mentalités.
Ousseynou Nar GUEYE
Fondateur – éditeur du site
d’info Tract.sn
General Manager
d’Axes&Cibles Com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here