PARTAGER

La bataille judiciaire entre les «exclus» et la direction du Parti socialiste n’a pas encore connu son épilogue. Enrôlée hier au Tribunal des référés, l’affaire a été une nouvelle fois renvoyée au 29 janvier pour plaidoiries. Pour cause, un nouvel avocat, en la personne de Me Djibril Ngom, s’est constitué pour la défense de Ousmane Tanor Dieng, secrétaire général du Ps. Cette demande n’a pas été du goût des conseillers de Barthélemy Dias et compagnie. «Cette affaire doit être plaidée. Il y a urgence que le Tribunal mette les points sur les i», fulmine Me El Hadji Diouf. Parlant d’urgence, Me Diouf faisait référence à la décision d’exclusion prise par le Bureau politique du Ps à l’encontre de plus d’une soixantaine de personnes. Parmi elles, il y a Me Aïssata Tall Sall, Khalifa Sall, Bamba Fall, Idrissa Diallo, Ami­nata Diallo, pour ne citer que ceux-là.
L’avocat n’a pas manqué de dénoncer les multiples renvois du dossier. Il estime que la direction du Ps veut «fuir» le procès. Et Me Moussa Bocar Thiam, par ailleurs porte-parole des Verts de Colo­le soit plaidée aujourd’hui ou à une autre date.»
Barthélemy Dias et ses camarades ont traduit le responsable moral du Ps devant la justice pour violation des Statuts et Règlement intérieur du parti. Dans leur requête, M. Dias et compagnie demandent au juge d’ordonner «la suspension immédiate» de l’application des Statuts et du Règlement intérieur adoptés par le Bureau politique élargi lors de sa réunion du 5 mars 2016 et d’enjoindre Ousmane Tanor Dieng de réunir, conformément aux Statuts et au Règlement intérieur du 28 octobre 2007, le Bureau politique à l’effet pour ce dernier de convoquer le Comité central chargé de contrôler l’application des décisions du Congrès. Ils veulent aussi la suspension de toutes les structures non prévues par les Statuts et le Règlement intérieur du parti, adoptés par le Congrès du 28 octobre 2007. Et le maire de Dakar, dont le procès est attendu aujourd’hui, et ses compagnons demandent au juge des référés d’impartir un délai d’un mois à Ousmane Tanor Dieng pour l’application de ces mesures, sous astreinte de la somme d’un million de francs par jour de retard.
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here