PARTAGER
Serigne Mbaye Thiam.

Alors que l’affaire Yavuz Selim n’est pas totalement vidée par la justice, Serigne Mbaye Thiam a invité les parents dont les enfants étudient dans ces établissements à les inscrire ailleurs «parce que ces écoles ne seront pas reconnues cette année».

Serigne Mbaye Thiam ne se dégonfle pas. A Mbour où il préparait la rentrée des classes hier, le ministre de l’Education prévient les parents dont les enfants sont inscrits dans les écoles Yavuz Selim. «Il faut être clair avec les parents d’élèves. Les écoles Yavuz Selim il y en a 9, il y a 3 qui sont autorisées, il y a 6 dont l’autorisation était en cours d’instruction. Pour les 3 écoles qui sont autorisées du fait que Baskent Egetim a été sommée d’arrêter ses activités au Sénégal, elles ne peuvent plus avoir d’existence légale au Sénégal et doivent arrêter leurs activités d’enseignements. Pour l‘année scolaire qui vient, ces écoles ne seront pas reconnues pour avoir des activités au Sénégal», prévient le ministre de l’Education nationale. Quid des 6 écoles dont les demandes d’autorisation étaient en cours ? «Nous allons leur demander de fermer parce que ces écoles n’avaient pas d’autorisation», précise M. Thiam. Par conséquent, il met en garde les parents d’élèves : «Je préfère vraiment être très clair, il ne faut que les parents d’élèves nous disent qu’ils n’ont pas été avertis. Pendant les vacances scolaires, tous les parents d’élèves avaient les moyens de prendre les dispositions pour assurer la continuité de l’éducation de leurs enfants.» Pourquoi la mesure n’a pas été appliquée l’année dernière ? Serigne Mbaye Thiam invoque la continuité des enseignements. «J’ai entendu le représentant des parents d’élèves dire pourquoi on a autorisé l’année dernière les élèves à se présenter aux examens, parce que tout simplement c’est en cours d’année scolaire que l’arrêté a été pris. Et pour nous, il fallait privilégier le droit à l’éducation des enfants, assurer la continuité des enseignements-apprentissages sur une année scolaire, c’est la raison pour laquelle on l’a fait. Mais il y a eu les vacances, les dirigeants de Baskent Egetim devaient tirer les conséquences de l’arrêté et arrêter leurs activités au Sénégal. Il n’y a pas de relations entre le retrait de l’arrêté et le fait de donner un décret d’utilité publique à Maarif. Baskent Egetim doit arrêter ses activités au Sénégal», annonce M. Thiam.
Aujourd’hui, le groupe Yavuz Selim a changé d’actionnariat avec le rachat des parts des Turcs par des nationaux français dans le capital des établissements. Mais, Serigne Mbaye Thiam semble minimiser ce changement de gestion. «J’ai entendu aussi que la question a été contournée parce que les écoles Yavuz Selim ont été cédées à une société du nom de Yavuz Selim. Au ministère de l’Education nationale, nous ne connaissons pas une société à part sociale ou en action qui s’appelle Yavuz Selim donc cela ne nous concerne pas», prévient le ministre de l’Education nationale. Il conclut : «De façon souveraine, l’Etat, par un arrêté du ministre de l’Intérieur du 7 décembre 2016, a décidé d’abroger l’arrêté, qui avait autorité Baskent Egetim à évoluer au Sénégal. C’est cette association qui avait créé les écoles Yavuz Selim parce que pour créer une école privée il y a ce qu’on appelle le déclarant responsable, tous les déclarants responsables des écoles Yavuz Selim ont agi au nom et pour le compte de l’association Baskent Egetim, cet arrêté du ministre de l’Intérieur du 7 décembre 2016 a abrogé l’arrêté d’autorisation de 1998 et a pris l’article 2 pour dire en conséquence que l’association doit cesser immédiatement toutes ses activités sur le territoire national.»
abciss@lequotidien.sn