PARTAGER

Hier, une forte délégation des opérateurs économiques de la région de Dakar s’est rendue à l’Aéroport international Blaise Diagne de Diass. A cette occasion, Dr Daouda Thiam, président par intérim de la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Dakar (Cciad), a expliqué que leur structure a «des points de jonction sur lesquels elle pourra travailler avec l’Aibd». Les opérateurs économiques réfléchissent ainsi, sur un schéma de collaboration avec les autorités aéroportuaires.

Le nouvel aéroport du Sénégal est la grande attraction ces temps-ci. Tout le monde veut découvrir l’Aéroport international Blaise Diagne de Diass (Aibd). Le nombre de visiteurs augmente de jour en jour. Il y a quelques semaines, le Conseil économique, social, et environnemental (Cese), avec à sa tête sa présidente, Aminata Tall, y était. Hier, c’était au tour des opérateurs économiques de la région de Dakar d’effectuer un tour avant l’inauguration prévue le 7 décembre prochain. «Nous sommes venus aujourd’hui, visiter notre outil de travail. Parce que l’aéroport aujourd’hui c’est vrai, c’est pour aller et venir. Mais nous, notre métier, c’est aussi aller et venir. Aller chercher des investissements directs étrangers, recevoir des investisseurs étrangers au Sénégal et essayer autant que faire se peut d’exporter des produits made in Sénégal et vendre la destination Sénégal, que ce soit dans le tourisme, que ce soit dans l’exportation des produits du cru, tels que les poissons, les fruits et légumes», a exprimé Daouda Thiam, président par intérim de la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Dakar (Cciad).
D’après lui, les opérateurs économiques réfléchissent déjà sur un schéma de collaboration avec les autorités aéroportuaires de l’Aibd. Il dit : «Nous clients, nous sommes fournisseurs de l’Aibd, forcément quelque part, on a des points de jonction sur lesquels nous pouvons travailler. Main­tenant, nous allons formaliser tout cela en discutant avec monsieur le directeur et son équipe pour qu’ensemble, nous définissions les voies et moyens par lesquels les opérateurs pourront tous travailler avec cet aéroport.»
Sur place, il faut retenir qu’à 14 jours de l’ouverture de l’aéroport, des travaux sont toujours en cours. Au niveau par exemple de l’espace réservé aux boutiques duty-free dont la gestion est confiée au groupe français, Lagardère, les ouvriers sont à pied d’œuvre. D’après le Directeur général de l’Aibd, c’est la société française elle-même qui a choisi de faire les modifications en cours en y apportant son style. «Est-ce que ces travaux pourront terminer avant le 7 ?», demande un visiteur. Et le Dg de l’Aibd de répondre : «C’est prévu pour que cela intervienne avant le 7. Et c’est ce qu’ils ont dit. Mais de toutes les façons, ça n’impacte pas pour nous l’ouverture au cas où même si jamais par hasard ils ne terminent pas cela», insiste Abdoulaye Mbodji.
En plus de cette partie, d’autres compartiments comme les salons vip, les restaurants sont aussi en train d’être remodelés. Sur le tarmac, des hommes et femmes sont mobilisés pour rendre l’espace propre. Les visiteurs ont pris congé des lieux, après un tour dans l’aérogare des passagers, celui des frets et au pavillon présidentiel.
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here