PARTAGER

Ahmet Fall «Braya» qualifie de regrettable l’affrontement entre les pêcheurs de Nguet Ndar et les Forces de l’ordre ayant abouti avant-hier à Saint-Louis  à des blessés des deux côtés et des arrestations du côté des pêcheurs.
Venu assister à la rencontre du comité de pilotage du Dialogue national, piloté par Famara Ibrahima Sagna hier au building administratif, l’ancien du Pds a affirmé : «Nous n’avons pas besoin des scènes comme ça.»
«Nous avions trois à quatre préoccupations. La première ce sont les licences de pêche, la deuxième c’est l’avancée de la mer, la troisième, c’est la brèche et la quatrième, c’est le dragage», a confié l’ancien député qui dit avoir porté ces préoccupations au président de la République pour que ces questions soient résolues.
Sur les licences de pêche, Braya reconnaît que le gouvernement a fait des démarches par rapport aux commissions créées par les Nguet nariens pour arriver à des issues heureuses. Mais «c’est au dernier moment des négociations que les Mauri­taniens ont parlé de pénalités, que les pêcheurs n’étaient pas en phase de régler».
Braya note : «ces temps-ci, il y a trop pirogues qui ont été capturées au niveau de la Mauritanie», et il souligne que les autorités du pays et ceux Nguet Ndar sont en train de trouver les voies et moyens pour régler ce problème.
«Il faut qu’on arrive à trouver une solution définitive», plaide Braya. «En tant Saint-louisiens, nous avons mal. Depuis ce matin, je discute avec les autorités. Je pense que les licences vont être libérées», espère l’ancien député qui en appelle à une communication permanente entre les acteurs de la pêche et l’Etat.
«L’élément déclencheur de la violence entre pêcheurs et Forces de l’ordre c’est l’improvisation de la marche. Il faut qu’on arrive à trouver un cadre», selon Ahmed Fall Braya qui estime que «si c’est un problème d’argent, que le président de la République le prenne en charge».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here