PARTAGER

Le corps de Ahmed Kathrada a été mis en terre à la mi-journée dans le quartier musulman du cimetière. Beaucoup de Sud-Africains lambda sont simplement venus présenter leurs hommages. Une cérémonie tenue avec un grand absent : le chef de l’Etat, Jacob Zuma. Le Président Jacob Zuma était le grand absent de cette cérémonie. La famille de Ahmed Kathrada lui avait demandé de ne pas venir. C’est presque un dernier geste politique de Kathrada, un homme entier, de refuser que le chef de l’Etat vienne à ses funérailles.
Tous les grands noms du pays étaient présents. Pour n’en citer que quelques-uns : Winnie Mandela, l’ex-femme de Nelson Mandela, Thabo Mbeki, l’ancien Président, Graça Machel, l’épouse de Nelson Mandela, Cyril Ramaphosa, l’actuel vice-président, et de très nombreux vétérans de la lutte contre l’apartheid venus lui rendre hommage, comme par exemple Andrew Mlangeni, qui est l’un des deux derniers survivants du procès de Rivonia, ce procès historique qui a condamné à la prison à vie Nelson Mandela et Ahmed Kathrada.
Julius Malema, leader du parti radical des combattants pour la liberté économique était également présent.

Modestie, dévouement, intégrité,…
Ce matin, il a été question de la modestie, du dévouement, de l’intégrité de Ahmed Kathrada et également de politique à un moment où l’Anc est en pleine crise, critiquée notamment pour sa corruption et son népotisme.
Il faut dire que l’année dernière, Ahmed Kathrada avait écrit une lettre à l’actuel Président Jacob Zuma, embourbé dans des scandales, pour lui demander de démissionner pour le bien du mouvement.
Une partie de cette lettre a d’ailleurs été lue pendant la cérémonie ce matin. Il y a eu un torrent d’applaudissements. On a entendu des jeunes dans le fond scander «Zuma doit tomber».
rfi.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here