PARTAGER

En Afrique du Sud, un nouveau week-end délicat s’est achevé pour le Président Jacob Zuma. Le sort du chef de l’Etat a de nouveau été discuté au sein du comité exécutif de l’Anc qui réunit 107 dirigeants du parti. Une fois de plus, le Président sud-africain a échappé à une motion de défiance soutenue par plusieurs cadres du parti au pouvoir.

Le cas Jacob Zuma a de nouveau été abordé frontalement lors de la réunion du comité exécutif de l’Anc (Congrès national africain), la plus haute instance du parti. Les opposants au Président ont de nouveau tenté de le pousser vers la sortie en présentant une motion de dé­fiance contre lui. Le secrétaire général du parti au pouvoir avait pourtant promis que le sujet n’était pas à l’agenda.
Fin novembre déjà, cette question avait enflammé la réunion du comité qui s’était même prolongé d’une journée. Cette fois encore, le Président sud-africain échappe au vote de défiance de son parti. L’Anc a simplement annoncé une conférence de presse ce lundi après-midi.
Mais les attaques se multiplient contre Jacob Zuma. Dimanche, la presse dominicale sud-africaine s’est fait l’écho d’une série d’e-mails compromettants qui suggèrent, entre autres, que le Président Zuma aurait cherché à préparer un plan de sortie vers Dubaï s’il était forcé de quitter l’Afrique du Sud. L’authenticité de ces documents n’est pas prouvée et leur source reste inconnue. Le porte-parole de Jacob Zuma a catégoriquement démenti ces rumeurs et dénoncé des informations «extrê­mement choquantes» et totalement fausses.
rfi.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here