PARTAGER

Le prochain championnat d’Afrique des nations masculin de basket-ball (Afrobasket 2017) n’aura finalement pas lieu au Congo-Brazzaville. Les autorités congolaises ont renoncé à organiser l’Afrobasket 2017 du 19 au 30 août prochain, officiellement pour des motifs financiers. La Confédération africaine de basket a pourtant tenté d’infléchir cette position. Ce Championnat d’Afrique des nations devait être le premier organisé en Afrique centrale depuis l’édition 1974 en République centrafricaine. Celle de 2017 pourrait être délocalisée dans un pays d’Afrique australe (Angola, Afrique du Sud) ou d’Afrique du Nord, voire en Afrique de l’Ouest, si la Côte d’Ivoire, hôte de l’édition 2013, acceptait d’aider une organisation dont le siège a récemment été installé à Abidjan.
Du coup, sauf revirement, le prochain Afrobasket 2017 n’aura pas lieu au Congo-Brazzaville. Le 8 avril dernier, les autorités congolaises ont en effet transmis à la Confédération africaine de basket-ball (Fiba-Afrique) une lettre de renoncement. «Ma­lheu­­reusement, la conjoncture nationale et internationale marquée par la chute du prix du baril du pétrole, aggravée par un environnement socio-économique très morose, ne permet plus à la République du Congo d’honorer cet engagement», explique entre autres ce document.

Le Congo était-il réellement motivé ?
Depuis cinq jours, la Fiba-Afrique tentait de faire revenir discrètement le Congo sur cette position. Les dirigeants du basket-ball africain ont été surpris et choqués, car ce pays dispose d’infrastructures parfaites, héritées des Jeux africains 2015, avec au moins une grande et belle salle sous-exploitée à Kintélé. Mais la volonté politique était-elle forte ? Des contacts entre le ministère des Sports local et la Fiba-Afrique avaient certes été approfondis durant les Jeux africains. Mais le souhait d’organiser l’Afrobasket 2017 près de Brazzaville semblait surtout être du côté de la Confédération africaine… Quant à la partie congolaise, elle était vraisemblablement désireuse de prouver que son Palais des Sports de 10 mille places n’allait pas devenir un «éléphant blanc».
wdiallo@lequotidien.sn
(Avec Rfi.fr)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here