PARTAGER

Les pêcheurs artisanaux du Sénégal réclament de meilleures conditions de travail et plus de considération de la part des pouvoirs publics. En Assemblée générale à Saint-Louis, ces pêcheurs regroupés au sein de la Fédération nationale des pêcheurs artisanaux se sont penchés sur les problèmes qui bloquent le développement de leur secteur et proposé des solutions.
Ces maux listés par les différents orateurs dont Macoumba Dièye, président de la Fédération régionale des pêcheurs artisanaux, ont pour noms le problème de la brèche qui continue de tuer les pêcheurs en grand nombre (plus de 350 à ce jour), la présence des bateaux de pêche étrangers qui, selon eux, continuent de piller les ressources halieutiques, l’absence d’un plaidoyer digne de ce nom pour le secteur au niveau des différentes assemblées du pays, et la cherté du matériel de pêche, difficilement accessible, comparé à son coût dans les pays voisins.
Selon Macoumba Dièye, le matériel de pêche coûte encore trop cher au Sénégal si on établit la comparaison avec un pays comme la Gambie. Il illustre son propos en évoquant le cas des moteurs hors-bord de 60 chevaux qui coûtent au Sénégal 3 millions 640 mille Cfa, alors qu’en Gambie il ne coûte que 3 millions 075 mille F Cfa. Au chapitre des solutions, les pêcheurs artisanaux ont proposé entre autres le dragage et le balisage de la brèche pour stopper les accidents mortels, la protection et la rationalisation des ressources halieutiques du Sénégal pour pérenniser l’activité de pêche, la subvention du prix du carburant et une exonération du matériel de pêche. Par ailleurs, ils ont invité le gouvernement à leur accorder une plus grande considération en prenant en charge correctement leurs préoccupations. D’ailleurs, ils ont fait part de leur décision de prendre désormais en main leur destin.
Pour ce faire, ils comptent faire de leur structure une plateforme d’échange et de partage en vue de porter le plaidoyer pour une bonne prise en charge des problèmes du secteur de la pêche et de ses acteurs. Pour Moustapha Diop, président national de la Fenapas, la structure qui regroupe l’ensemble des pêcheurs artisanaux du Sénégal est apolitique, mais ne compte pas rester en marge, car elle veut à partir de maintenant participer pleinement à toutes les instances de prise de décisions dans le secteur de la pêche, un secteur qui porte l’économie du Sénégal et qui doit par conséquent bénéficier d’un traitement adéquat, à l’image de secteurs comme l’agriculture dans lequel le matériel est suffisamment subventionné et où les acteurs bénéficient régulièrement d’un accompagnement de l’Etat.
De nombreuses personnalités politiques comme Pape Ibrahima Faye, représentant du maire de Saint-Louis, Cheikh Bamba Dièye du Fsd/Bj, Cheikh Samba Sène de l’Apr et Ameth Fall Braya du Pds ont assisté à cette grande cérémonie qui a regroupé plus de 500 personnes venues de tout le Sénégal.
cndiongue@lequotidien.sn    

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here