PARTAGER

En Afrique de l’Ouest, plus de 60% de la population ont en moyenne moins de 25 ans. Une situation qui peut être explosive, mais qui laisse également entrevoir de réelles possibilités de développement. La capture de ce dividende démographique est un point important de l’agenda 2063 de l’Union africaine. Le Sénégal a lancé hier sa feuille de route pour l’atteinte de cet objectif.

En Afrique de l’Ouest, plus de 60% de la population ont en moyenne moins de 25 ans. Une situation qui peut être explosive, mais qui laisse également entrevoir de réelles possibilités de développement. Seulement, capter ce dividende démographique demande des investissements importants dans la santé, l’éducation et l’emploi des jeunes. C’est pour accompagner ce processus que l’Union africaine (Ua) a lancé une feuille de route pour tirer pleinement profit du dividende démographique. Le Sénégal a procédé hier au lancement de sa feuille de route. Elle est élaborée sur la base de quatre différents scenarios. Mais pour le ministre du Budget, Birima Mangara, l’option combinée qui allie réformes économiques et développement des secteurs sociaux est la meilleure voie pour le Sénégal.
Selon les prévisions présentées par le directeur de la Planification et des politiques économiques, M. Pierre Ndiaye, ce scenario combiné permet de faire un gain considérable avec un Produit intérieur brut (Pib) par tête de 12 mille 547 en 2035, soit un bonus dû au dividende démographique de 5 119.  Dans ce scenario, M. Ndiaye note une baisse significative de la mortalité maternelle et infanto-juvénile. Quant au chômage, s’il est de 26%, dans le cas où rien n’est fait il baisserait significativement dans le scenario combiné pour atteindre 5,9% à l’horizon 2035.
M. Birima Mangara s’est ainsi engagé à prendre toutes les dispositions pour la mobilisation des ressources nécessaires pour l’atteinte de cet objectif. Pour le ministre du Budget, même si l’apport des partenaires techniques et financiers est nécessaire, le Sénégal va aussi miser sur ses ressources internes.
Au nombre des stratégies qui seront mises en œuvre, M. Mangara note la création d’un fonds pour le développement des Petites et moyennes entreprises (Pme) dédié aux femmes et aux jeunes en vue de soutenir cette dynamique. Il faut dire que la feuille de route comporte 35 actions et quatre piliers principaux que sont : Emploi et entreprenariat, Education et développement des compétences, Santé et bien-être et Droit, gouvernance et autonomisation de la jeunesse.
Le Sénégal qui s’est déjà engagé dans cette voie depuis deux ans a d’ores et déjà produit un document d’orientation national et un plan d’action prioritaire pour la période 2018-2023. A l’heure actuelle, les autorités s’acheminent vers la mise en place d’un observatoire pour renforcer les capacités de coordination et de suivi-évaluation, mais aussi pour l’élaboration de rapports sur les progrès réalisés.

Dividende démographique ?
Selon le Fonds des Nations unies pour la population (Fnuap), «le dividende démographique est le surplus de croissance économique grâce à une proportion plus importante de personnes en âge de travailler (15-60 ans) que de personnes à charge (moins de 15 ans et plus de 60 ans). Par exemple, lorsqu’une famille compte moins d’enfants à charge et un plus grand nombre d’adultes qui ont un emploi décent, elle peut économiser et investir plus d’argent dans l’éducation, la santé, la formation des plus jeunes. Lorsque ce phénomène se produit à grande échelle, le pays bénéficie d’un surcroît de croissance économique appelé dividende démographique».

mamewoury@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here