PARTAGER

Le système de tabac chauffé créé par la société Philip Morris International est le seul et le premier à obtenir l’agrément des Américains pour sa vente en tant que produit du tabac ne produisant pas de composants nocifs pour la santé des consommateurs. Le Sénégal et la France franchiront-ils le pas ?

Les autorités sanitaires sénégalaises, à l’image de celles de la France, n’ont pas encore autorisé l’usage du tabac chauffé comme produit de substitution à la cigarette traditionnelle. Parce qu’elles ne veulent pas le reconnaître comme ne comportant pas pour l’organisme humain, les dangers habituellement associés à la cigarette.
Dans ce domaine, les Etats-Unis viennent de prendre une belle avance, comme l’avaient déjà fait la Grande Bretagne et le Japon. Le Quotidien a appris que la Food and Drug Adminis­tration américaine, l’agence fédérale habilitée à homologuer les produits alimentaires et les médicaments sur le marché américain, a officiellement autorisé la société Philip Morris Inter­na­tional à faire de la publicité autour de son système de chauffage électronique de tabac, appelé Iqos, en tant que «Produit du tabac à risque modifié». La Fda américaine estime utile de mentionner que l’utilisation d’Iqos entraîne une modification de l’exposition à des composants chimiques nocifs ou potentiellement nocifs, dans le sens de l’amélioration du bien-être et de la santé des utilisateurs.
Comme l’a reconnu la Fda, Iqos chauffe le tabac, mais ne le brûle pas, et donc, par conséquent, réduit très fortement la production de composants chimiques nocifs et potentiellement nocifs. Les Américains vont jusqu’à juger que Iqos peut être bénéfique pour la santé des fumeurs qui adoptent le tabac chauffé à la place de la cigarette, et même pour les personnes qui n’en consomment pas habituellement.
Il faut souligner qu’Iqos est à ce jour, le seul produit électronique à base de nicotine à obtenir une autorisation de communication du Fda, par le biais de son processus de «Produit du tabac à risque modifié».
Se félicitant de la décision de la Fda américaine, le Pdg de Pmi, André Calantzopoulos, a rappelé que «Iqos est un produit fondamentalement différent des cigarettes combustibles et doit être réglementé différemment, comme l’a reconnu la Fda. Désormais -plus que jamais- il est urgent d’engager une conversation fondamentalement différente sur une approche coopérative pour parvenir à un avenir sans fumée. La décision de la Fda fournit un exemple important de la manière dont les gouvernements et les organisations de santé publique peuvent réglementer les alternatives sans fumée pour les différencier des cigarettes, afin de promouvoir la santé publique».
On peut souligner que la Douane sénégalaise a déjà franchi un grand pas dans ce sens, en reconnaissant qu’Iqos ne devait pas être taxé au même titre que le tabac ordinaire. Il reste aux autres structures de l’Admi­nistration sénégalaise de le comprendre pour permettre aux fumeurs sénégalais de changer enfin de vie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here