PARTAGER

Ouverture d’une enquête administrative interne concernant le dossier de l’agression de la camerawoman de Dakaractu, Adja Ndiaye. C’est à cette annonce qu’ont eu droit les associations de presse de la part du ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille, en recevant leur lettre de protestation.

Après l’agression de la camerawoman de Dakaractu, Adja Ndiaye, le ministre de l’Inté­rieur et de la sécurité publique a annoncé qu’une enquête administrative interne a été ouverte. C’est le Secrétaire général du Syndicat des professionnels de l’information et de la communication (Synpics), Bamba Kassé, qui l’a dit à la presse à la sortie de leur rencontre avec Aly Ngouille Ndiaye.
Mercredi, la Coordination des associations de presse (Cap) a remis une lettre de protestation au ministre. La presse réclame en effet justice pour Adja Ndiaye en demandant l’identification des auteurs, et qu’ils soient sanctionnés conformément à la loi. Dans sa parution d’hier, le journal Les Echos révélait que les mis en cause ont été entendus. La victime, elle, a été interrogée sur son lit d’hôpital. L’enquête est confiée à la Direction des services de sécurité dirigée par le commissaire Arona Sy. Depuis le déclenchement de cette affaire, journalistes et techniciens ont élevé la voix pour dénoncer cet acte qu’ils qualifient de «sauvage».
L’Association des éditeurs et professionnels de la presse en ligne (Appel), la Convention des jeunes reporters du Sénégal (Cjrs), le Synpics, l’association des journalistes-photographes professionnels, le Conseil pour l’observation des règles d’éthique et de déontologie (Cored) ont tous réagi. D’ailleurs, des organisations internationales de la presse telles que Reporters sans frontières, la Fédération internationale des journalistes (Fij) et le Comité de protection des journalistes (Cpj) ont été saisies. «Entre le mois de janvier et maintenant, une vingtaine d’incidents dont quatre avec violence physique sont répertoriés, mettant en cause directement des éléments de la police», selon le président de l’Union des journalistes-photographes, Cellou Diallo.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here