PARTAGER

Mame Thierno Dieng était stupéfait par ce qu’il a vu au Technopôle où il s’est rendu hier. Le ministre de l’Environnement et du développement durable, qui a visité les sites appelés Plan d’eau de la région du Cap-Vert, est bouche bée. Partout, le constat est le même : il y a une véritable compromission de l’équilibre de l’écosystème. Parce que ces plans d’eau sont d’une importance capitale. Et ces plans d’eau ont une importance sociale et économique.  Pourtant, on ne semble se soucier de la préservation de l’écosystème, agressé de toutes parts par des promoteurs immobiliers, en quête toujours d’espaces libres. Face aux journalistes, le ministre de l’Environ­nement regrette que «l’Adminis­tration n’a pas fait ce qu’elle devait» faire pour préserver ces zones en délivrant des titres dans des zones non-aedificandi. «Il faut savoir que le ministère (de l’En­viron­nement) n’a pas le rôle de préserver ces espaces. Mais nous allons alertés et informés qui de droit», annonce Mame Thierno Dieng.
En écho à cette sortie du ministre, les maraîchers regrettent que le Technopôle soit convoité par des promoteurs immobiliers et d’autres autorités de la République. Gora Lô, porte-parole des maraîchers, espère un nouvel élan pour sauvegarder ce site, qui devait être la Silicon Valley sénégalaise. «Le site est agressé, des engins viennent ici pour faire des terrassements à des fins méconnues. De célèbres personnes viennent ici avec des soi-disant titres fonciers. Alors nous la question que l’on se pose est qui délivre ces titres. D’ailleurs le ministre a fait le constat et a dit qu’il va informer le président de la République», espère M. Lô.
latifmansaray@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here