PARTAGER

Avec son ami Mandoumbé Ndiaye, Abdou Wahab avait simulé une agression de son client, qui devait faire un versement de plus de 10 millions à la banque. Jugé pour agression et vol par la Chambre criminelle, il risque 15 ans de travaux forcés. Le jugement sera rendu le 25 juin prochain.

Les faits d’agression et de vol reprochés à Abdou Wahab Diallo ressemblent à un scénario de film hollywoodien. L’accusé et ses complices ont malicieusement mûri leur plan avant de le mettre à exécution. La partie civile devait verser la somme de 10 720 000 francs à la banque pour le compte de la station Shell. Une information que les malfaiteurs disposaient déjà. Ainsi, Diomaye Yatt a affrété un taxi conduit par le mis en cause. En cours de route, le chauffeur s’est arrêté sous prétexte qu’il voulait remettre de l’argent à sa tante. C’était le premier acte de leur mode opératoire. Ensuite, il a ouvert la malle de son véhicule pour faire sortir son compère, qui s’y était discrètement caché. Quand il est sorti, il s’est dirigé directement vers le plaignant pour lui asperger un gaz asphyxiant. Il s’est emparé du sac contenant l’argent avant de fondre dans la nature. Pour se justifier, le taximan a tenté de faire croire à son client qu’il s’agit d’une agression. Mais, la partie civile, qui n’est pas naïve, sait bien que le chauffeur est de mèche avec son agresseur. C’est ainsi qu’il s’en est pris à l’accusé dans le véhicule, qui roulait à vive allure offrant ainsi un spectacle inédit sur l’asphalte. Et quand le véhicule s’est immobilisé, Abdou Wahab Diallo a essayé de faire passer son client pour un agresseur auprès des riverains.
Confus, ces derniers les ont retenus avant de procéder à la vérification. Finalement Dio­maye Yatt a réussi à convaincre ces gens. Aidés par certains, il a conduit Abdou Wahab Diallo à la Brigade de foire pour vol portant sur la somme de 10 720 000 francs. Par la suite, il s’est rendu aussi à l’hôpital où il s’en est sorti avec un certificat médical faisant état d’une plaie linéaire d’environ 3cm du 5e doigt avec décollement muqueux, de douleur au poignet droit et d’une incapacité totale de 10 jours. Muni de ce certificat, il a porté plainte contre le taximan.
Entendu, Abdou Wahab Diallo avait indiqué que le nommé Amadou Coly lui avait proposé de se présenter à la station Shell afin de peaufiner une stratégie pour voir comment voler le gérant qui devait se rendre à la banque avec un montant de 2 millions. Il lui avait demandé d’aller chercher un taxi pour le transporter au moment de son départ. Il a marchandé avec un taximan, qui était d’accord, qui a finalement décliné.
Devant le procureur, Abdou Wahab Diallo a nié les faits qui lui sont reprochés. Il argue être venu la station sur demande de Amadou Coly, qui lui a dit que son patron désire se payer un abonnement. Ces explications ne vont pas convaincre le maitre des poursuites, qui a requis l’inculpation de Abdou Wahab Diallo et Ma Ndoumbé Ndiaye pour agression et vol au préjudice de Diomaye Yatt.
Devant le juge, l’accusé, qui a comparu seul, a réitéré ses dénégations. Dans sa version des faits, il prétend avoir connu Amadou Coly, l’ami de Diomaye Yatt, à Keur Massar. «Le sieur Coly me paye tous les jours 1000 francs pour le transport. Un jour, il m’a dit que son patron, Diomaye Yatt, a eu besoin d’un abonnement de taxi. Par la suite, on a trouvé un compromis et il a engagé mes services.» Il poursuit : «Le jour des faits, je suis parti le prendre à la station Shell. A quelques mètres, je me suis garé car je devais récupérer de l’argent. C’est Amadou Coly et Mandoumbé Ndiaye qui sont des complices qui ont agressé mon client avant d’emporter ma voiture.»
Le juge lui a rappelé qu’à l’enquête préliminaire, il avait soutenu que c’est Amadou Coly qui l’a recruté pour ce vol en complicité avec Ndoumbé Ndiaye. Ces déclarations ont été battues en brèche par la partie civile. Employé à Shell en tant que gérant et administrateur, Diomaye Yatt soutient que Abdou Wahab Diallo s’est arrêté dans un endroit isolé sous prétexte qu’il devait remettre 5000 francs à sa tante. «Une personne est sortie de la malle de la voiture pour m’agresser. Elle avait une arme blanche et voulait me l’assener mais je l’ai évitée de justesse», dit-il.
Amadou Diouf, témoin oculaire, a conforté ses dires. Il dit avoir aperçu ce jour-là, deux individus qui se battaient à bord d’un taxi conduit par un troisième. Il précise que l’un d’eux avait déposé un sac dans la malle du taxi avant de s’enfuir sur la demande de Abdou Wahab Diallo. Sidi Bouya Seck a témoigné aussi à charge contre le sieur Diallo. Mais mieux, l‘exploitation du téléphone du mis en cause a permis de relever qu’il s’était entretenu à plusieurs reprises avec un certain Amadou Coly, un mécanicien établi près de la station Shell.
La partie civile quant à elle a réclamé 15,720 millions de francs en guise de dommages et intérêts.  Le Parquet a requis 15 ans ferme pour Abdou Wahab Diallo et 20 ans de travaux forcés pour son acolyte. La défense a demandé la requalification des faits en vol simple en plaidant l’application bienveillante de la loi. L’affaire sera vidée le 25 juin prochain.
justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here