PARTAGER

Amadou Tidiane Guèye a tiré les leçons de son amitié avec Djim Fall. Ils font tout ensemble, au nom de cette amitié. Mais leur distraction favorite reste l’agression des personnes vulnérables. Pour assouvir leur sale besogne, ils utilisent un scooter pour arracher les sacs des gens qu’ils dépassent sur le chemin. Pour leurs mauvais agissements, ils vont garder prison pendant 1 an.
En fait, Djim Fall qui a déjà fait un séjour de deux ans ferme en prison pour les mêmes faits d’agression n’a rien retenu de son séjour carcéral. A peine sorti de taule en 2019, il a renoué avec les vieux démons. De concert avec son ami, ils ont repris service dans les rues de la capitale. Djim Fall a pour mission d’intimider leurs victimes à l’aide d’un couteau au moment où Amadou se contentait de déposséder ces dernières de leurs biens. Mais la chance n’a pas continué à leur sourire.
Le jour des faits, après avoir arraché le sac de Awa Wellé qui contenait un téléphone portable, les deux agresseurs ont cogné sur une voiture au moment de leur fuite. Les passants en ont profité pour les arrêter et les conduire au poste de police.
Entendus, Djim le récidiviste a nié les faits. Son compère Amadou Tidiane Guèye, quant à lui, est passé à tabac. Il a même mouillé un certain Souleymane. Selon lui, c’est ce dernier qui conduisait ce jour-là le scooter. Seulement, il a réussi à prendre la fuite, dit-il.
Devant le Tribunal des flagrants délits, les prévenus ont embouché la même trompette en niant toutes les accusations portées à leur encontre : «On était en scooter. Sans le faire exprès, on l’a cognée, mais elle n’était pas blessée. Elle a crié au voleur, juste pour nous faire du tort.» Ce n’est pas l’avis du Parquet qui pense que les faits ne souffrent d’aucune contestation. Il a requis 2 ans de prison ferme à l’encontre des deux mis en cause.
L’avocat de Djim Fall a plaidé la relaxe de son client. D’après lui, Djim est innocent. Relaxés du chef de détention illégale d’arme de 4ème catégorie, Amadou Tidiane Guèye et Djim Fall ont été condamnés à une peine de 2 ans de prison dont 1 ferme.
justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here