PARTAGER

Les chercheurs de l’Institut sénégalais de recherche agricole (Isra) ont profité de la visite du ministre de l’Agriculture et de l’équipement rural, Pr Moussa Baldé, dans les locaux de leur direction générale pour égrener les contraintes auxquelles ils sont confrontés.

Le ministre de l’Agriculture et de l’équipement rural, le Professeur Moussa Baldé, était en visite hier à la direction générale de l’Institut sénégalais de recherche agricole (Isra). Une première sur les lieux qui a permis au successeur de Dr Pape Abdoulaye Seck de se faire une idée de l’étendue des difficultés auxquelles les chercheurs de l’Isra sont confrontés. Portant la parole de ces derniers, Dr Tamsir Mbaye, secrétaire général du Syndicat des chercheurs de l’Isra, étale les maux. «Des problèmes, il en existe un peu partout. Vu le contexte actuel et comme nous faisons de la recherche, cela nécessite beaucoup de moyens. Nous demandons à notre tutelle de nous accompagner», a déclaré le syndicaliste qui souhaite que des solutions «urgentes et durables» soient trouvées, afin de mettre fin aux lenteurs par rapport au paiement des salaires des chercheurs. «On perçoit généralement les salaires après le 10. Ce n’est pas toujours facile avec les charges familiales», s’est plaint Dr Mbaye. Avant d’ajouter que «la prise en charge médicale des travailleurs fait défaut». «Beaucoup de structures ne nous prennent pas en charge. Nous voudrions que l’Isra règle les factures de ces structures pour que nos familles commencent à être prises en charge», plaide Dr Tamsir Mbaye, qui indique que les chercheurs de l’Isra souhaitent être alignés sur les mêmes échelles que leurs collègues de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar.
Abordant ce point, le ministre de l’Agriculture et de l’équipement rural demande aux chercheurs de l’Isra s’ils sont prêts à renoncer aux avantages que leurs collègues de l‘Ucad n’ont pas. «Nous n’avons pas d’indemnité de retraite», prévient le Professeur Moussa Baldé, qui les incite à évaluer ce qu’il y a à perdre ou à gagner par rapport à la mise en œuvre de cette doléance.
Accordant un intérêt à la recherche agricole qui permet d’être «résilient et de se mettre à la pointe technologique», le ministre dit être satisfait du dynamisme scientifique de l’Isra.
Disposant d’un laboratoire mixte où collaborent des chercheurs sénégalais, européens et de la sous-région, l’Institut de recherche est également équipé d’un laboratoire où des semences de «qualité» sont produites, selon le ministre Moussa Baldé qui annonce l’organisation d’une journée pour réfléchir sur les éventuels changements à l’évolution de cette institution assujettie maintenant aux critères du Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur (Cames).

1 COMMENTAIRE

  1. Fertilisation monsieur le ministre pour la visite nous sommes très fière de vous.
    Mais pour cette occasion je vous rappelle que nous sommes des techniciens diplômés en licence professionnelle en agriculture depuis des années je travaille avec l’UPSem-CL mais pas de contrat ni recrutement. Et pourtant le conte toujours sur moi pour quoi le secteur agriculture ne recrute pas ses agents.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here