PARTAGER

La Compagnie nationale d’assurance agricole du Sénégal (Cnaas) a remis hier cinq véhicules tout terrain d’un montant total de 103 millions de francs Cfa. S’y ajoute, selon le directeur général de la Cnaas, un appui d’environ 200 millions pour l’acquisition d’un système d’information et de gestion. «Il s’agit là d’un logiciel qui permet de gérer les programmes d’assurance agricole. Il y a un autre appui pour l’acquisition des stations pluviométriques destinées aux cotonculteurs des régions de Tambacounda et de Kolda», a expliqué Mouhamet Moustapha Fall, directeur général adjoint de la Cnaas. Cet appui entre dans le cadre du Projet d’appui à la promotion de l’assurance indicielle coton financé par la Banque ouest africaine de développement (Boad).
L’une des raisons de ce projet, indique le ministre de l’Elevage et des productions animales, c’est la faiblesse de la croissance du Produit intérieur brut (Pib) expliquée en partie par la vulnérabilité de l’agriculture face aux aléas climatiques ainsi que la résistance de certains acteurs au changement. «En effet, la filière coton, très sensible au déficit pluviométrique, a payé un lourd tribut ces derniers temps à cause des hivernages marqués par des pluies tardives et en quantité insuffisante», dit Aminata Mbengue Ndiaye.
Le projet couvre 20 mille producteurs de coton. Mais pourquoi la Cnaas cible-t-elle les cotonculteurs seulement ? «Les cotonculteurs sont des pionniers, mais notre objectif est de faire en sorte que tous les autres agriculteurs soient organisés. Nous voulons partir de cette organisation pour que cela fasse tache d’huile auprès des autres opérateurs afin que l’ensemble des agriculteurs soient couverts», a dit M. Fall
Ces équipements remis hier vont permettre de faire le travail de sensibilisation afin d’atteindre le maximum d’organisations paysannes et de les structurer. «L’assu­rance agricole est venue à son heure. Nous sommes satisfaits de cette assurance devenue une réalité», a dit M. Baldé, représentant les bénéficiaires de ce soutien.
ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here