PARTAGER

Dans le cadre du financement additionnel de la deuxième phase du Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest (Ppaao/Waapp), 853 organisations de producteurs ont reçu, mardi, un lot de matériels agricoles, d’une valeur de 349 millions de francs Cfa. Ceci pour contribuer à la relance de la filière arachidière dans le bassin arachidier.

3 tracteurs, 700 semoirs, 700 houes Sine, 700 souleveuses, pour une valeur de 349 millions de francs Cfa, ont été distribués à 853 chefs d’exploitations agricoles affiliés à certaines organisations de producteurs. Il s’agit du Résopp, d’Asprodep, d’Unis, d’Unaopse, de Tool-Baye et de groupements de femmes. Les bénéficiaires originaires des régions de Diourbel, Thiès, Fatick, Kaffrine, Kaolack, Kolda, Louga, Saint-Louis, Sédhiou et Tambacounda, ont reçu, mardi, à la Sismar, à Pout, ce lot de matériel agricole de culture dans le cadre du financement additionnel de la deuxième phase du Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest (Ppaao/Waapp). Une réponse à la demande des organisations des producteurs semenciers du bassin arachidier, comme contribution à la relance de la filière arachidière. L’objectif visé à travers ce geste consiste, selon le ministre délégué auprès du ministre de l’Agriculture et de l’équipement rural, chargé de l’accompagnement et de la mutualisation des organisations paysannes, Moustapha Lô Diatta, au renouvellement du matériel agricole vétuste au niveau de plusieurs exploitations agricoles. Et pour lui, ce matériel agricole «contribuera à une augmentation de la productivité du travail agricole des producteurs mais aussi va conforter les gains de productivité agricole tout en allégeant les travaux champêtres et en permettant un gain de temps pour les producteurs, notamment les femmes, bénéficiaires de 50% de ce matériel». Il justifie un tel choix par le fait que «les femmes sont très actives dans les différentes chaînes de valeur agricoles et en même temps qu’elles demeurent la cheville ouvrière pour la bonne marche des ménages». Et de se dire sûr que «les bénéficiaires en feront un usage utile avec tout l’entretien et la délicatesse nécessaires pour sa durabilité». Le ministre délégué Moustapha Lô Diatta rappelle qu’en janvier 2018, le Ppaao/Waapp, par l’intermédiaire de l’Ancar, avait distribué 86 unités de matériel agricole pour la riziculture essentiellement et comprenant des faucheuses, des décortiqueuses, des mini-rizeries complètes, des batteuses et des motoculteurs rizicoles pour une valeur de plus de 251 millions de francs Cfa. «Ce matériel a intéressé 2397 bénéficiaires dont 1556 femmes, répartis dans 92 villages», note-t-il. Aussi et de renseigner que la mise en œuvre du Ppaao/Waapp a permis également «un renforcement significatif des infrastructures et équipements des acteurs notamment ceux exerçant dans la chaîne de valeur des semences. Ainsi, la recherche à travers l’Isra bénéficie de 6 fermes semencières dotées de systèmes d’irrigation de dernière génération, la Disem dispose d’un laboratoire national équipé avec un personnel formé et dont le processus d’accréditation Ista est très avancé». Aussi, poursuit M. Diatta, «les opérateurs semenciers ont reçu 18 magasins de stockage et 6 cocons bâches d’une capacité de 3800 tonnes mais également 7 unités de traitement et de conditionnement des semences disséminées judicieusement sur l’étendue du pays, plus précisément à Bambey, Bignona, Kaffrine, Kédougou, Matam, Podor et Sédhiou».
Le ministre délégué, qui a présidé la cérémonie de remise officielle du matériel agricole, d’évoquer : «l’engagement résolu du Président Macky Sall dans la mise en œuvre du plan Sénégal émergent, une volonté soutenue par des moyens financiers considérables qui sont mobilisés et engagés dans tous les secteurs de la vie des sénégalais». Dans cette optique, il remarque que «le ministère de l’Agriculture et de l’équipement rural, grâce au Programme d’accélération de la cadence de l’agriculture sénégalaise (Pracas), conçu et mis en œuvre, a obtenu des résultats très probants». Et de rappeler le taux de croissance du Pib, relativement élevé depuis 2013 et supérieur à 6% sur les 3 dernières années. Cela, souligne Moustapha Lô Diatta, est possible, en grande partie, grâce aux performances de l’agriculture. Il rappelle que depuis «2014, après chaque campagne agricole, en parfaite intelligence avec toutes les parties prenantes, les cibles de production pour plusieurs spéculations sont dépassées». Et d’informer que «pour la présente campagne agricole, le Sénégal enregistre une production record de 1 million 400 mille tonnes d’arachide et de 2 millions 553 mille 381 tonnes de céréales, soit des hausses respectives de 73 et 54% par rapport à la production moyenne des 5 dernières années (2012-2016). Par ailleurs les productions d’oignon et de pomme de terre en cours vont encore atteindre de nouveaux pics». Ainsi d’assurer que «de manière résolue, nous sommes en train d’assurer progressivement la sécurité alimentaire des ménages partout au Sénégal, sur la base d’une production alimentaire endogène».
Le représentant des récipiendaires du matériel, Nasirou Sall, a remercié le gouvernement d’avoir initié «cette stratégie de mécanisation agricole de manière générale et particulièrement de céder chaque année un lot de matériel qui servira aux exploitants agricoles familiaux du Sénégal dans le cadre du renforcement de la productivité agricole de notre pays». Car pour le président du Cncr, «le développement du Sénégal dépendra largement du développement de notre agriculture. Et ce geste permet effectivement de renforcer cette forte attente que nous avons pour arriver à des productions records chaque année ainsi pour une souveraineté alimentaire de notre pays».
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here