PARTAGER

La première cohorte de bénéficiaires du programme d’entrepreneuriat féminin «Jigeen Ñi Tamit» a reçu hier son attestation de fin de formation. Un programme d’une enveloppe de 1,8 milliard de FCfa qui vise à améliorer la croissance des entreprises de transformation agroalimentaire.

46 femmes chefs d’entreprise, dont 19 dans les départements de Thiès et Tivaouane, ont été formées dans la gestion et les bonnes pratiques d’hygiène et de qualité, dans le cadre du programme «Jigeen Ñi Tamit». Lequel programme d’entrepreneuriat féminin, mis en œuvre par l’Association pour la promotion de l’éducation et de la formation à l’étranger (Apefe), en partenariat avec le ministère de la Femme, de la famille, du genre et de la protection des enfants (Mffgpe) est financé par la Coopération belge au développement (Dgd). «Il vise à améliorer la croissance des entreprises de transformation agroalimentaire féminines dans les filières lait, halieutique, fruits et légumes dans les régions de Thiès et de Louga», explique Anne Rey­nebeau, assistante technique du programme. Elle s’exprimait hier en marge de la cérémonie de remise d’attestations de formation présidée par le l’adjoint au gouverneur chargé des affaires administratives.
Mme Reynebeau a signalé que «Jigeen Ñi Tamit» ambitionne dans son intervention de renforcer les capacités techniques et managériales des entreprises féminines agroalimentaires afin de les rendre compétitives et durables. Au total, 46 entreprises, dont 19 dans les départements de Thiès et Tivaouane, ont été sélectionnées pour la première cohorte et ont bénéficié de formations en organisation et gestion financière simplifiée d’une part et en bonnes pratiques d’hygiène et qualité d’autre part. «Notre objectif est d’accompagner une centaine de femmes. Et déjà nous avons organisé différentes formations avec les 46 bénéficiaires que nous encadrons. Des formations liées à tout ce qui est gestion des groupes, parce que c’est quand même le nerf de la guerre dans une société, mais également tout ce qui est organisation, parce qu’il y a régulièrement de séries de tensions dans les associations. Aussi nous les avons formées sur les bonnes pratiques d’hygiène.» Pour dire, selon l’assistante technique du programme «Jigeen Ñi Tamit» que «plusieurs modules de formations ont déjà été dispensés dans la région Thiès mais aussi dans le département de Tivaouane et dans la commune de Thiènaba. Et à la fin de ce premier cycle de formation, nous avons décidé de marquer le coup en donnant des attestations à toutes ces femmes qui se sont mobilisées pour suivre nos formations».
Et pour les encourager «à aller au-delà de l’hygiène et donc dans la production de produits de qualité en appliquant les connaissances acquises et à s’investir davantage dans leur entreprise, nous leur avons accordé un premier kit d’outils pour leur permettre justement de mieux gérer sur le plan sanitaire leur entreprise». Ceci, poursuit-elle, «pour stimuler les bénéficiaires à les utiliser et à renforcer les conditions d’hygiène dans leur unité et processus de transformation». Ainsi et de conclure pour inviter toutes les femmes entrepreneures accompagnées par le programme qui va se poursuivre jusqu’en 2021 à «continuer à mettre la même énergie dans leur entreprise» pour la réussite du programme.
A sa suite, la cheffe de l’entreprise Etablissement Siggil Jigeen, Mme Awa Thiandoum, a dit toute la pertinence du projet qui est venu à son heure. «Il a permis à des femmes de la Cité du Rail d’acquérir des connaissances sur des domaines aussi importants que l’organisation, la gestion financière et les pratiques d’hygiène et de qualité. Egalement le projet nous a appuyés en matériel en distribuant à toutes les bénéficiaires des kits de 32 packs d’outils distribués à toutes les bénéficiaires pour développer l’hygiène de nos entreprises.» Aussi, la femme leader, a profité de l’occasion pour demander aux populations sénégalaises de consommer local. Parce que de l’avis de Mme Thiandoum, «avant d’avoir une souveraineté alimentaire, il d’abord faut consommer local».
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here