PARTAGER

Hier, Macky Sall a procédé à l’inauguration du nouvel Aéroport international Blaise Diagne de Diass (Aibd) en présence des chefs d’Etat de la Gambie, de la Guinée-Bissau, du Gabon. A cette occasion, le président de la République a rendu un hommage à ses prédécesseurs de «Léopold Sedar Senghor à Abdoulaye Wade en passant par le Président Abdou Diouf».

Le 7 décembre est la date de commémoration de la célébration de la journée internationale de l’aviation civile. Ce jour vient d’être marqué d’une encre indélébile dans les archives de l’aviation sénégalaise. En effet, l’aéroport international Blaise Diagne a été inauguré hier, par le président de la République. Plusieurs personnalités dont les chefs d’Etat, Aly Bongo du Gabon, Adama Barrow de la Gambie, José Mário Vaz de la Guinée-Bissau ont assisté à la cérémonie qui s’est déroulée dans un moment poussiéreux, qui n’a pas du tout empêché les populations de venir massivement assister à l’évènement. L’Aibd a ainsi, grouillé de monde. Les cars de transports en commun, communément appelés «Ndiaga Ndia­ye», et autres moyens de trans­port ont déversé des milliers de personnes sur les lieux. L’am­biance assurée par les militants de l’Alliance pour la république (Apr), venus en masse de tous les coins de la capitale sénégalaise et des localités environnantes, a atteint son paroxysme. C’est la fête ! Ça chante et ça danse. Et bienvenue la guerre des pancartes. Les partisans des différents responsables ont rivalisé d’ardeur durant les heures qu’a duré la cérémonie.
Il est 10 heures et demie. Les membres du gouvernement et autres officiels viennent par petits groupes. Le chapiteau, qui leur a été réservé, s’est montré trop petit pour contenir tout le monde au fil des minutes. Moment choisi par le préposé au micro central, Boubacar Diallo alias Dj Boub’s, pour supplier les Sénégalais à céder la place aux hôtes. Un appel tombé dans l’oreille d’un sourd obligeant du coup certains invités à se tenir debout durant toute la durée de l’événement. Les minutes s’égrènent. Vers 11 heures, le cortège présidentiel fait son apparition avec une colonne de véhicules. Pendant ce temps, les communicateurs traditionnels se succèdent au micro pour chanter les louanges de Macky Sall. Ils ont rangé le nom de Abdoulaye Wade qui avait démarré les travaux aux oubliettes.
Pour commencer les choses sérieuses, la fanfare exécute d’abord l’hymne national de­vant l’aérogare des passagers. L’instant sera suivi par la coupure du ruban par le président de la République sous les applaudissements du public qui suivait tout à travers des écrans géants installés pour la circonstance. En compagnie de ses hôtes, Macky Sall a par la suite dévoilé la plaque inaugurale. Cette étape franchie, le chef de l’Etat et ses invités se sont rendus dans d’autres compartiments de l’aéroport. Muni de son passeport avec une valise à la main, Macky Sall a effectué toutes les formalités administratives d’avant embarquement. Cet exercice de simulation a été aussi imité par Adama Barrow et les autres. Des mo­ments appréciés par l’assistance par des salves d’applaudissement. Tout à coup, deux hélicoptères surgissent en survolant l’espace.
Il est 12 heures passées. Sur le tapis rouge, la Première dame Marième Faye Sall et la première dame gambienne, toutes les deux vêtues de blanc, marchent tranquillement en direction de la tribune officielle. Regard fixe, visage fermé, les hommes de la garde rouge eux, restent concentrés. Quelques minutes après, le Président Sall et ses homologues qui ont effectué le déplacement regagnent le présidium. Maintenant c’est au tour du défilé aérien. L’avion présidentiel, des hélicoptères, deux avions de la nouvelle compagnie air Sénégal ont tous fait un circuit dans les airs. Des éléments de l’armée de l’air, bien armés, parachutés d’un appareil, ont procédé à des manœuvres.

Le Salon d’honneur baptisé Mbadatt
Après tout ça, l’heure est aux discours. «Sur la demande des populations de Mbadatt, j’accepte cette demande pour que le salon d’honneur puisse porter le nom de Mbadatt, justement l’endroit où était ce village», a dit Macky Sall pour répondre favorablement à une demande du maire de la commune de Keur Mousseu. Momar Ciss a par la même occasion, sollicité la direction de l’Aibd à une «discrimination positive» à l’endroit des jeunes des zones impactées par le projet pour ce qui est de l’emploi. «Dans la vie d’une Nation, il y a des étapes symboliques qui ne se reproduisent que rarement. Celle qui nous réunit ici en fait partie. C’est pourquoi, je saisis l’occasion pour rendre hommage à tous mes prédécesseurs, de Léopold Sedar Senghor à Abdoulaye Wade en passant par le Président Abdou Diouf. Chacun d’eux a apporté sa pierre à la construction de l’œuvre nationale», magnifie Macky Sall.
Par rapport au débat sur la paternité de l’Aibd, Macky Sall a bronché le sujet dans son speech sans trancher. Il dit : «Comme toute œuvre d’infrastructure majeure complexe et à la pointe du progrès, l’aéroport international Blaise Diagne a vu le jour grâce à une somme d’efforts considérables et d’une ingéniosité technique et financière rompue à toute épreuve. Depuis le lancement des travaux en avril 2007, plus précisément en décembre 2007, par le Président Abdoulaye Wade, des hommes et des femmes, toutes catégories socioprofessionnelles confondues, ont consacré du temps et d’immenses efforts à la réalisation de cet ouvrage.»
Dans son speech, il a appelé le ministre des Transports aériens et les acteurs à des discussions pour un climat apaisé dans le secteur. «Je lance un appel aux travailleurs de l’Asecna pour une gestion efficace et apaisée de cet ouvrage exceptionnel. Je saisi également l’occasion pour demander au ministre d’engager, après cet événement, toutes les discussions nécessaires dans le calme et la sérénité pour trouver des réponses aux problèmes posés par les travailleurs de l’Asecna», demande-t-il. Il a également rappelé qu’ «après tant d’efforts, nous voilà maintenant au bout de piste, prêts pour le décollage. Ce décollage s’appuie sur une vision qui donne un cap, celui du Sénégal émergent.»
Sur la nouvelle compagnie nationale, le chef de l’Etat informe que «Air Sénégal lancera prochainement ses activités avec ses deux Atr 72-600 pour le vol du voisinage et le vol national, deux Atr 600 turbopropulseurs sortis d’usine déjà livrés en attendant la mise en service de deux appareils air bus 330 néo dont le contrat d’achat sera signé dans quelques jours». Et d’jouter : «Avec la nouvelle compagnie Air Sénégal, l’économie nationale bénéficiera ainsi des parts de marché du transport aérien au Sénégal qui passera de deux millions actuellement à 3 millions en 2023 et à 10 millions de passagers en 2035».
Macky Sall n’a pas manqué de lancer un appel à l’endroit des Sénégalais sur la question sécuritaire aéroportuaire. «L’occa­sion doit aussi nous faire réfléchir sur nos habitudes et nos attitudes. Les règles de l’aviation civile reposent sur deux paramètres irréductibles : la sécurité et la sureté d’où les exigences d’organisation, de rigueur, de discipline qui doivent en tout temps et en tout lieu être observées ici», dixit Macky Sall, selon qui «ces conditions ne sont pas négociables. Elles relèvent de conventions internationales auxquelles nous sommes tenues. Elles s’imposent à tous et à toutes.» Par ailleurs, il a annoncé le démarrage des travaux de rénovation «complète» des aéroports régionaux de Saint-Louis, Matam, Ziguin­chor,  Tambacounda et Kédou­gou dès le début de l’année 2018. D’après lui, «le financement de ces chantiers est déjà bouclé pour un coût global de 100 milliards de franc Cfa».

msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here