PARTAGER

Les jours sont désormais comptés pour l’aéroport international Léopold Sédar Senghor de Dakar. En effet, la fermeture définitive de sa tour de contrôle est programmée pour le 8 décembre à 12 heures, au lendemain de l’inauguration de l’aéroport international Blaise Diagne de Diass.

L’inauguration de l’Aéroport international Blaise Diagne (Aibd) est annoncée pour le 7 décembre prochain. Une échéance que le Président Macky Sall a confirmée en procédant à l’ouverture du 3e Forum Investir en Afrique, le lundi dernier. Sur le site de l’aéroport où les participants au forum se sont rendus hier, l’heure est aux derniers réglages. Selon le chef du département logistique et transport de l’Aibd, M. Cheikh Diouf, le compte-à-rebours a déjà commencé et le plan de basculement est au point. «Aujourd’hui, le planning d’exécution est sur l’ouverture de l’aéroport le 7 décembre. Et l’ensemble des opérations qui sont faites sont décomptées à jour J moins la date qui nous sépare de cette échéance», a souligné M. Diouf au terme de la visite.
Dans ce plan mis en place par l’Aibd, c’est le 6 décembre que les contrôleurs aériens vont prendre leurs quartiers à la tour de contrôle de Diass. Et dès le lendemain, jour de l’inauguration, les premiers avions pourront se poser sur le site. Mais c’est le 8 décembre à 12h que le basculement va être effectif avec la fermeture définitive de la tour de contrôle de Dakar. Il faut dire que dans le vaste aérogare de l’Aibd, tous les équipements sont déjà installés et prêts à tourner. L’aéroport est déjà réceptionné, informe M. Diouf qui ajoute que la société de gestion choisie a également pris possession des lieux. «La société de gestion s’est installée et elle est en train de faire les opérations de transfert. Les formations sont en cours de finition et le planning d’opération s’inscrit et réfléchit sur comment transférer le personnel qui doit venir des Aéroports du Sénégal (Ads) et le matériel d’assistance au sol qui est à Dakar.» Il s’agit de préparer la phase délicate du passage d’un aéroport à un autre. Sur ce chapitre, M. Diouf précise que dans la mesure où l’Aibd est doté d’équipements de dernière génération, nul besoin de transférer un seul équipement de l’aéroport de Dakar à celui de Diass.
Bâti sur un espace de 2500 ha, l’Aibd est calibré pour accueillir jusqu’à 3 millions de passagers dans un premier temps. Et en phase de fonctionnement de l’Aibd, il reviendra aux Aéro­ports du Sénégal (Ads), qui gèrent présentement les opérations de la plateforme de Dakar, la responsabilité des aéroports régionaux, dont ceux de Cap Skiring et Ziguinchor, qui ont un statut d’aéroport international. Mais au total, plus de 500 personnes devraient travailler dans le nouvel aéroport de Diass qui, selon M. Diouf, est sur des normes de précision en sécurité qui n’existent pas dans la zone de l’Agence pour la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (Asecna). «Ces normes en catégorie deux, nécessitent même une formation en usine et en opération de l’ensemble des personnels de l’Asecna», dit-il.

Le parc industriel démarre en décembre
Après l’aéroport, les participants du Forum co-organisé par la Banque mondiale, la Banque chinoise de développement (Cdb) et le Sénégal, se sont rendus sur le site du parc industriel de Diamniadio. Sur ce site, les hangars destinés aux industriels sont déjà prêts à fonctionner. Selon le directeur de l’Agence d’aménagement et de promotion des sites industriels (Aprosi), Momar Ba, cela ne saurait tarder puisque les premiers investisseurs sont attendus en décembre. «Nous avons signé des contrats pour l’ensemble des hangars. Le B3 qui est là, a été pris par une entreprise tunisienne. Les trois autres également par des entreprises chinoises notamment, mais il y a aussi des entreprises sénégalaises qui sont dans la file d’attente, prêtes à s’installer», explique M. Ba.
mamewoury@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here