PARTAGER

En Assemblée générale dans les locaux annexes du ministère des Transports aériens et du développement des infrastructures aéroportuaires sis à l’Aéroport international Blaise Diagne (Aidb), l’Intersyndicale des travailleurs de Limak-Aibd-Summa (Las), gestionnaire de ladite infrastructure aéroportuaire, réclament le départ des Turcs.

Rien ne va plus entre les travailleurs du consortium Limak-Aibd-Summa (Las) et la Direction générale de ladite structure chargée de la gestion de l’Aéroport international Blaise Diagne (Aidb). En Assemblée générale hier, l’Intersyndicale, qui regroupe ces travailleurs, réclame le départ des Turcs. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase, «c’est le non-paiement de la Prime de bons résultats (Pbr), qui s’élève à 300 millions de francs Cfa, alors que Las fait un chiffre d’affaires de 5,8 milliards de francs Cfa par mois», estime Mamadou Diop, Secrétaire général de l’organisation syndicale de Las. Il fustige «ce taux de croissance qui ne profite pas aux travailleurs. Par contre, il profite aux Turcs qui gèrent tout». Et le porte-parole des travailleurs de Las de lancer un appel aux autorités, notamment à leur ministre de tutelle, Mme Maïmouna Ndoye Seck, de régler le problème de l’Aidb, non sans faire dans la menace. «Les travailleurs de Las vont enclencher un combat, dans les jours à venir, pour pousser les Turcs au départ, parce que les gens pensent que tout va bien à l’Aibd, alors que c’est loin d’être le cas. Nous allons informer le Peuple dans les jours à venir de ce qui se passe réellement ici. Parce que ce que nous vivons ici dépasse les limites du supportable», martèle Mamadou Diop. Selon ce membre du groupe des ex-agents de l’Agence des aéroports du Sénégal (Ads), «il est temps que le Sénégal s’occupe de la gestion de l’Aidb pour l’intérêt de tous, et surtout des travailleurs». Il explique : «Depuis que nous sommes embauchés, les autorités peinent à payer l’intégralité du 13e mois. En lieu et place, c’est une avance qui nous a été servie pour un aéroport qui fait un chiffre d’affaires de 700 milliards de francs Cfa par an». Ce qui veut dire, à ses yeux, que «les gestionnaires refusent juste de leur payer». «Cela ne passera pas», dit-il.
Pour sa part, le coordonnateur de l’Intersyndicale des travailleurs de Las, Serigne Moustapha Gaye, dénonce que ses camarades et lui peinent à percevoir leurs primes de bons résultats depuis 2017. «Cela fait un mois que les travailleurs de Las revendiquent leurs droits. Nous demandons tout simplement à M. Pape Maël Diop de nous payer. La Pbr concerne 456 travailleurs. Par contre, la coopérative d’habitat concerne plus de 1 000 personnes. Mais à ce niveau, nous avons constaté quelques petites avancées et les livraisons sont programmées d’ici la fin du mois», souligne le syndicaliste. Il termine par fustiger «l’intimidation» dont les travailleurs de Las font l’objet, «de la part de M. Pape Maël Diop». Mais dit-il, «cela ne les ébranle pas».

nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here