PARTAGER

La présidente du Mouvement «Osez l’avenir» a officiellement démarré sa campagne de collecte des signatures de parrainage à Dakar hier «parce que c’est le lieu de convergence le plus facile». Cependant, la candidate à la candidature pour la Prési­dentielle 2019 compte descendre sur l’ensemble du territoire national. «J’irai dans les régions, les départements, les coins les plus reculés, là où se trouvent mes compatriotes pour leur parler», a promis Me Tall. Son Mouvement «Osez l’avenir» ne violera pas la loi, comme prétend le faire le parti au pouvoir qui compte recueillir des millions de signatures. «Je ne peux pas concevoir qu’on soit au pouvoir et qu’on viole la loi. La loi dit 65 mille signatures au maximum. Il faut que tout le monde se tienne à cela. Au-delà, c’est une violation de la loi et je pense que cela est extrêmement grave», alerte-t-elle.
Pour le député à l’Assemblée nationale, ceux qui le disent devraient être rappelés à l’ordre par le président de la République, car il s’agit là d’une loi de la République votée à l’Assemblée nationale. Aïssata Tall Sall, par ailleurs maire de Podor, à une claire idée et une claire conscience des responsabilités qui l’attendent une fois à la tête de la Magistrature suprême. «J’ai appris beaucoup de choses. J’ai eu assez d’expériences. Je crois qu’il est arrivé l’heure de la maturité pour moi de m’adresser à mes compatriotes et de leur dire l’ambition que je nourris pour le Sénégal parce qu’elle m’a déterminée à faire de la politique. Elle m’a conduite à rester en politique malgré toutes les vicissitudes, tous les coûts cruels que j’ai reçus et que j’ai vécus. Je me suis endurcie, je me suis fortifiée en moi-même pour comprendre que quand on a cette ambition pour son pays, forcément on doit avoir le courage d’y aller. Je considère que cette heure-là est arrivée», a déclaré hier Mme Sall.
ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here