PARTAGER

Aïssata Tall Sall attend son exclusion de pied ferme. Elle trouve d’ailleurs la procédure initiée par le Sen du Ps «puérile et futile» et invite l’instance à s’assumer. Et, ironiquement, à «oser». Comme son mouvement Osez l’avenir !

Par Khady SONKO

Le Parti socialiste (Ps) menace d’exclure certains de ses militants qui, selon le communiqué du Secrétariat exécutif national (Sen), se sont «auto-exclus en poursuivant des ambitions personnelles et ont délibérément choisi et continuent de ramer à contre-courant des décisions majoritaires du parti». Le Sen, qui entend saisir le Bureau politique, cible ceux qui ont créé des «mouvements de soutien à caractère politique et plus récemment la constitution de listes concurrentes lors des élections». Me Aïssata Tall Sall, elle, avait lancé son mouvement Osez l’avenir et était partie sous cette bannière. Mais la maire socialiste de Podor, interrogée par Rfm hier, a dit ne pas se sentir concernée par cette «intimidation» parce que, relève-t-elle, «c’est un communiqué anonyme, fut-il du Sen, qui ne cite aucun camarade». Pour cette raison, elle attend la notification de «l’instance habilitée» qui, rappelle-t-elle, «ne peut pas et ne saurait être le Secrétariat exécutif national».
La Socialiste promet une réponse «appropriée» de la façon «la plus claire, la plus définitive, la plus ferme», lorsque le Bureau politique lui notifiera son exclusion. Aïssata Tall Sall de mettre en garde Tanor et Cie : «Si le Bureau politique s’aventure à prendre une telle décision, cette décision sera à la fois puérile et futile. Puérile parce qu’elle sera dépourvue de légitimité et de sérieux, futile parce que tout le monde sait l’agitation qui s’est emparée du Sen.» En effet, fait-elle remarquer, «il a fallu que Barthélemy Dias agite la probabilité d’une candidature contre le Secrétaire général pour qu’il y ait tout ce branle-bas de combat à exclure de potentiels candidats en considérant qu’ils se sont auto-exclus». Me Sall s’éton­ne d’ailleurs de «ce charabia-là».
La présidente de Osez l’avenir ne trouve pas cette procédure du Parti socialiste audacieuse. «Pour une fois, bon sang ! que ce Sen assume. Je les invite à oser, un secrétariat qui fuit la compétition interne, un Sen qui a peur de son ombre», lance-t-elle. L’ancienne porte-parole du Ps dit bien connaître les textes du Ps car faisant partie des rédacteurs des Statuts du Parti socialiste et de la Charte du militant.

ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here