PARTAGER

Le président de la coalition Idy2019 peut compter sur le soutien du parti d’And Jef/Pads dans sa quête du fauteuil présidentiel. Mamadou Diop Decroix a officialisé hier son ralliement, en écartant toute idée de non-participation à l’élection.

Par Badé SECK

Idrissa Seck peut compter sur Mamadou Diop Decroix, le leader d’And Jef/Pads, dans sa volonté de restaurer et préserver la démocratie. Le chef de file d’And Jef Pads a expliqué son soutien à Idrissa Seck par le fait que ce dernier capitalise plus d’expérience que les autres prétendants. Mieux, «son parcours étatique et professionnel est tout à fait appréciable».
M. Decroix a indiqué : «Idrissa Seck a eu l’avantage de découvrir les grandeurs et les limites du pouvoir et aux travers de ses différentes expériences personnelles, de découvrir aussi ses propres forces et ses faiblesses, tout comme il a pu aussi  découvrir les forces et faiblesses de ses compa­trio­tes, toute chose que sa stature d’aujourd’hui semble avoir prise en haute  considération».

Pas question
d’empêcher la tenue de l’élection
En marge de sa déclaration, Mamadou Diop Decroix s’est démarqué de l’appel  de  son ex-allié Abdoulaye Wade, qui prône la non-tenue de l’élection présidentielle.
De l’avis de M. Decroix, le prochain scrutin est parti pour n’être rien d’autre qu’un référendum pour ou contre Macky Sall. Mamadou Diop Decroix se veut conséquent  dans sa dynamique de lutte contre tous les «forfaits du régime en place». Et, pour lui, la tenue d’une élection reste la seule alternative pour se débarrasser de  Macky Sall. «Notre parti s’est  toujours inscrit dans la voie qui mène aux élections, tout comme les Sénégalaises et les Sénégalais qui pensent pouvoir régler son compte au candidat sortant par le biais des urnes».
Il a invité tous les candidats de l’opposition à n’oublier en aucun moment les circonstances sans précédents de cette élection dans l’histoire du Sénégal indépendant, et de sensibiliser constamment les électeurs dans leur discours électoral, pour que les populations gardent à l’esprit le danger permanent qui pèse sur ce qui reste du processus électoral, notamment le scrutin.
bseck@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here