PARTAGER

Le contrat liant Alcaraz à la Fédération algérienne de football (Faf) est tout simplement hallucinant. C’est à croire qu’il l’a lui-même rédigé et donné ensuite au président Zetchi pour le signer.
Au-delà du salaire jugé par tous exagéré vu son CV, quasiment toutes les clauses du contrat protègent ses intérêts et ceux de son staff au détriment de l’instance fédérale. Coincé et mis dos au mur par le Bureau fédéral, Zetchi a chargé Bachir Ould-Zmirli de réparer son erreur.
Une première réunion est prévue très prochainement pour débattre du sujet. Le départ de Alcaraz est une évidence, mais à quel prix ? On sait que la Faf a décidé de se séparer de Alcaraz. On sait aussi que ce dernier va faire valoir ses droits et essayer de repartir chez lui avec le plus grand pactole possible, équivalent à 22 mois de salaires pour lui et son staff.
Parce que le contrat de Alcaraz prend fin au dernier match de la Can 2019, et que Zetchi n’a pas pris le soin de fixer une date précise à la fin de la collaboration avec le technicien espagnol.
Le plus drôle dans ce contrat, dont nous détenons copie, est l’article 8 qui nous apprend que la Faf doit verser 3 mois de salaire à Alcaraz sous forme d’indemnité de départ en cas de non-qualification à la Can 2019. Ce qui équivaut à 180 000 euros contre un échec ! Quand on sait que la prime de qualification négociée préalablement est de 50 000 euros, on s’aperçoit que la Faf payera 3 fois plus pour un échec que pour un succès.

Plus de 655 millions Cfa d’indemnités de départ
Aussi, il est important de le signaler, la prime que touchera Alcaraz au cas où il arriverait à atteindre son objectif principal, qui est les ½ finales à la Can 2019, est la même que celle en cas de qualification, soit 50 000 euros.
Mais en dépit en dépit de certains manquements, l’équipe de Zetchi n’a aucunement l’intention d’aller au combat avec Alcaraz. Ils vont en premier lieu essayer de s’entendre avec lui à l’amiable.
C’est ainsi, il a été décidé, lors de la dernière réunion du Bureau fédéral, d’entamer les négociations pour résilier le contrat de Alcaraz à l’issue du match face au Nigeria. Notre source précise que c’est l’entraîneur espagnol du PAC, José Maria, qui sera l’intermédiaire entre la Faf et Alcaraz pour la résiliation du contrat à l’amiable.
Comme tout le monde le sait, il reste encore 18 mois dans le contrat de Alcaraz avec la Faf. Cette dernière veut trouver un accord pour éviter de payer la coquette somme de 1,1 million d’euros, soit plus de 655 millions de francs Cfa.
Avec Competition.dz
et Lebuteur

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here