PARTAGER
Saïd Bouteflika en avril 2009 lors de la réélection de son frère à la présidence de l'Algérie (image d'illustration).

Saïd Bouteflika, frère de l’ex- Président algérien, les généraux Mohamed Mediène, dit «Toufik», et Athmane Tartag, ainsi que la militante trotskiste Louisa Hanoune ont également été acquittés en appel samedi 2 janvier par la Cour militaire de Blida.
A la suite de cette décision surprise, Saïd Bouteflika sera transféré dans une autre prison en attendant son procès dans d’autres affaires liées à la corruption, selon une source judiciaire. Il était jusque-là détenu dans une prison militaire.
Outre Saïd Bouteflika, les généraux Mohamed Mediène, dit «Toufik», et Athmane Tartag, ainsi que la militante trotskiste Louisa Hanoune, condamnés dans cette affaire, ont été acquittés en appel par la Cour militaire de Blida, selon l’avocat de la défense, Me Khaled Berghel, cité par l’agence de presse Aps.
Arrêtés en mai 2019, les quatre accusés avaient été condamnés en septembre de la même année à 15 ans d’emprisonnement, lors d’un procès éclair devant le Tribunal militaire de Blida, près d’Alger, pour «complot contre l’autorité de l’Etat et de l’Armée».
«Après la lecture de l’affaire sur l’assistance par le président de la Cour d’appel militaire de Blida, les accusés Saïd Bouteflika, Mohamed Mediène, Athmane Tartag et Louisa Hanoune ont été entendus et ont plaidé non coupables», a expliqué l’avocat. «Après délibération, la Cour (…) a rendu la décision d’annuler le jugement en première instance et d’acquitter tous les accusés», a-t-il précisé.

«Plan de déstabilisation»
Il s’agissait du troisième procès de l’affaire. En novembre dernier, la Cour suprême avait accepté le pourvoi en cassation de Saïd Bouteflika et de ses co-accusés dans ce procès pour «complot». Et il avait été décidé de rejuger l’affaire.
Jeune Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here