PARTAGER

Pour sa première finale de Can en tant que sélectionneur, Aliou Cissé n’a qu’une seule chose en tête : gagner le trophée continental et l’offrir au Peuple sénégalais.

MATCH-REVANCHE
«Pour la défaite contre l’Algérie, j’ai envie de dire que c’est un faux-pas. Mais ce revers nous a permis de nous remobiliser, de faire notre autocritique. L’Algérie est une grande équipe. C’est un adversaire que nous respectons. Mais nous aussi on a des arguments à faire valoir. Après cette défaite, on a enchainé des matchs compliqués. Aujourd’hui, nous sommes en finale, déterminés à la gagner tout simplement et surtout pour le Peuple sénégalais.»

CLE DU MATCH
«Ça va se jouer sur des détails. Une finale, c’est fermé. Il y a souvent beaucoup d’émotions, beaucoup de stress. Il y aura deux grandes équipes sur le terrain. J’espère que la fête sera belle et que le football africain gagnera. Et que cette Can aura une aura sur le plan international pour donner plus de respect à ce football africain, plus de respect à notre Confédération. C’est notre devoir en tant que sélectionneur de se battre pour ça. Je pense que Djamel est aussi dans cet état d’esprit. C’est le football africain qui gagne.»

ABSENCE DE KOULIBALY
«C’est un garçon exceptionnel, un grand joueur. Pour moi, il fait partie des meilleurs défenseurs de ce monde. Je suis triste qu’il ne soit pas avec nous. C’est un grand patriote. Perdre un garçon comme ça, c’est une grosse perte pour notre système défensif. Mais nous avons choisi 23 joueurs. On a des garçons pour pallier l’absence de Koulibaly. Nous jouerons pour lui.»

ATTENTE DES SENEGALAIS
«Nous savons que nous représentons un pays, un drapeau et que le Sénégal n’a jamais été aussi proche de ce sacre-là. C’est une source de motivation pour nous et pour le Peuple sénégalais. Le continent entier sera devant son petit écran. Le monde va nous regarder. C’est un privilège. Tout footballeur s’entraine pour ces moments-là. Et nous allons préparer, de la même façon que les derniers matchs, cette finale avec bien sûr une grosse envie de la gagner.»
DEUX TECHNICIENS LOCAUX EN FINALE
«C’est une fierté. C’est un travail qu’on a entamé depuis plus de 5 ans avec cette génération-là. Aujourd’hui, nous sommes fiers de ce parcours. Depuis les demi-finales, on s’est projetés sur cette finale. Les entraineurs expatriés aussi ont eu à faire du très bon boulot. C’est vrai qu’aujourd’hui, la chance qu’on a, que ce soit Djamel et moi, on est issus du cru. On a porté les maillots de nos équipes nationales. Aujourd’hui, nos fédérations, nos présidents nous ont fait confiance. Pour mon cas, Augustin Senghor m’a donné la possibilité d’entrainer cette Equipe du Sénégal. Donc c’est une fierté.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here