PARTAGER

La rupture comporte le risque de tout reprendre à zéro en vue de la Can 2021. Est-ce souhaitable ? De notre point de vue, il serait préférable d’opérer une mise à jour, des changements dans la continuité. Toujours avec Aliou Cissé comme coach. Un noyau existe dans l’équipe. Il est formé d’anciens de l’Equipe olympique de 2012. Ce sont Sadio Mané, Idrissa Gana Guèye, Cheikhou Kouyaté, Moussa Konaté et Saliou Ciss. Aliou Cissé était coach adjoint des Olympiques en 2012. Il connaît très bien les joueurs précités. Pourquoi ne pas adjoindre Abdoulaye Sarr à l’équipe de coaching de Aliou Cissé ? Cela ne diminue en rien le mérite de Aliou Cissé. Aliou Cissé que nous avons soutenu dès le 31 mars 2015, alors qu’il venait d’être nommé le 5 mars 2015. Aliou Cissé que nous soutenons encore. Abdoulaye Sarr a une expertise avérée en matière de conception de fond de jeu collectif. Expertise prouvée par Abdoulaye Sarr qui, avec Amara Traoré, a conduit les Lions en demi-finale de la Can 2006. Alors que Guy Stephan a été éliminé avec les Lions en quart de finale de la Can 2004 ! Et pourtant Guy Stephan a gagné la Coupe du monde 2018 avec la France, comme coach-adjoint de Didier Deschamps ! Selon nous, Abdoulaye Sarr est bien placé pour comprendre le paradoxe du cas de Sadio Mané.
Sadio Mané, moteur de Liverpool pour Jürgen Klopp. Klopp l’a montré lors de la Remontada en match retour contre le Barça en Ligue des Champions en 2019. Une incroyable partie où Sadio Mané a évolué en électron libre, Salah et Firmino étant assis en tribunes. Sadio Mané qui, dans ce match, par un jeu sans ballon que Laye Diaw lui conseillait avec pertinence avant la Can, a embrouillé les joueurs du Barça au point que deux remplaçants des Reds en ont profité pour, marquant chacun un doublé, écraser le Barça. Si le Sénégal de la Can 2019 avait utilisé Sadio Mané en électron libre comme Klopp le fait, la face de la Can eût été autre.
Des remplaçants comme Moussa Konaté et Pape Abdou Cissé auraient pu, en finale, être nos Wijnaldum et Origi ! Si le Sénégal avait été conscient qu’il n’était pas un favori dans cette Can 2019 comme Laye Diaw l’avait dit avec pertinence, l’Algérie ne nous aurait pas piégés en finale ! L’Egypte de Salah aussi se croyait favorite. Elle l’a payé ! L’Egypte comme le Sénégal, n’étaient pas conscients que le classement Fifa n’est pas un critère pertinent absolu de classement des pays. S’il l’était, plusieurs contre-exemples ne l’invalideraient pas de façon éclatante ! Contre-exemple éclatant que l’Argentine qui, depuis 1994 avec les Battistuta, Crespo, Veron, Simeone, Claudio Lopez, Ortega, Di Maria, Messi et autres, n’a pas gagné une seule Coupe du monde ! L’Argentine avec Messi n’a même pas pu gagner une Copa America ! L’Allemagne a gagné la Coupe du monde 2014 sur la base du changement dans la continuité. Joachim Löw était en effet le coach-adjoint du coach Jürgen Klinsmann lors de la Coupe du Monde 2006. De l’équipe de 2006 Löw a conservé le noyau Lahm, Schweinsteiger, Podolski et Klose jusqu’à la victoire en Coupe du monde 2014. Le Sénégal doit aussi être conscient que la Can n’est pas une compétition facile à gagner !
La Tunisie a attendu presque 40 ans après une finale perdue à domicile en 1965, pour enfin la gagner en 2004 ! Le Cameroun a gagné sa première Can en 1984, douze ans après avoir été éliminé en demi-finale, en 1972 tout pays organisateur qu’il était ! Le Ghana court après une cinquième victoire en Can depuis 1982 ! Et pourtant, le Ghana a organisé la Can 2008 et a été éliminé à domicile en demi-finale et a perdu deux finales en 1992 et 2015 ! On pourrait écrire un article sur la difficulté à gagner la Can. Can qui est une compétition du niveau de la Coupe du monde, de l’Euro et de la Copa America.
Le Nigeria, vainqueur de la Can 1994, en a donné la preuve en gagnant le tournoi des Jeux Olympiques d’Atlanta en éliminant en demi-finale le Brésil des Ronaldo, Bebeto et l’Argentine des Ortega et Claudio Lopez. Brésil et Argentine des Jeux d’Atlanta, composés de la presque totalité des joueurs de ces deux équipes lors de la Coupe du monde 1998 où le Brésil était finaliste ! Ces rappels sont un appel à la réflexion, à la rigueur et à l’humilité. Ils sont fondés sur des faits. Le dernier en date est que le championnat local du Sénégal ne figurait pas parmi les 12 premiers championnats locaux d’Afrique avant la Can 2019.
Une simple observation permet de constater que tous les pays vainqueurs de la Can, à l’exception de l’Ethiopie en 1962, ont au moins gagné une Coupe africaine de clubs, avant ou après leur victoire en Can. Le Sénégal n’a jamais gagné une Coupe africaine de Clubs. Le Sénégal n’a atteint qu’une finale de la Coupe de la Caf en 1998 avec la Jeanne d’Arc de Dakar ! Il est vrai que la Guinée n’a jamais gagné la Can malgré les légendaires épopées du Hafia Club de Conakry (vainqueur de la Coupe d’Afrique des Clubs Champions en 1972, 1975 et 1977) et du Horoya Club de Conakry (vainqueur de la Coupe d’Afrique des Vainqueurs de Coupe en 1978). Il faut tout de même noter que la Guinée n’a perdu la Can devant le Maroc que lors de la dernière journée de cette Can organisée en mode championnat ! La Zambie de 2012 que les Sénégalais croyaient une proie facile en phase de poule à Bata, et que les Ivoiriens croyaient battre facilement en finale, ne nous avait pas surpris.
Nous avions lors d’une table ronde le 7 janvier 2012 au stade Léopold Sédar Senghor, mis en garde en rappelant que Power Dynamos de Kitwe (2ème ville de Zambie) avait gagné la Coupe d’Afrique des Vainqueurs de Coupe en 1991 ! Un football local fort est une condition nécessaire pour gagner la Can. Claude Leroy, vainqueur de la Can 1988 avec le Cameroun, a échoué au Sénégal en Can ! Notons que le Cameroun, avec le Canon de Yaoundé et l’Union de Douala, a gagné plusieurs Coupes africaines de Clubs avant sa qualification en Coupe du monde en 1982 et sa victoire en Can en 1984 !
Hervé Renard n’a jamais parlé après sa victoire en Can 2012, du noyau des cinq joueurs Zambiens évoluant ensemble au Tout-Puissant Mazembe de Lubumbashi au Congo-Kinshasa. Tout-Puissant-Mazembe, Champion d’Afrique des Clubs en 2010 et Finaliste de la Coupe du monde des Clubs en 2010. Les faits montrent donc que même en formant des génies comme Sadio Mané pour les exporter, il nous manque ce championnat local fort. Même avec Sadio Mané et Ismaïla Sarr, nous avons perdu la Can 2019. Nous avions souligné les qualités de Ismaïla Sarr en 2015 après la Can U20 dans une interview à un quotidien de la place. Son talent et celui des Mané, Koulibaly et autres, n’ont pas suffi pour gagner la Can 2019. Réveillons-nous, pansons nos blessures et créons un championnat local fort.
Dr Oumar DIOUME
Ingénieur Télétrafic,
Expert Uit 
Analyste en Football

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here