PARTAGER
Alioune Tine, Directeur du bureau régional pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre d’Amnesty intenational.

Alioune Tine réagit aux propos des journalistes lui reprochant son mutisme malgré un champ politique bouillonnant. Très agacé, le défenseur des droits humains déplore ces accusations. «Il faut que les Sénégalais arrêtent de dire n’importe quoi. Les gens doivent comprendre que je ne suis pas avec le gouvernement. D’ailleurs, l’Etat me doit 15 mois de salaire. Je ne l’ai jamais dit. Je fais la révélation pour que les gens arrêtent de dire n’importe quoi. Ils ne savent pas ce qu’ils disent. J’ai commencé à défendre les droits humains depuis les années 80. J’ai été observateur durant les élections de 1988, 2000 etc. j’ai connu tous les déboires, les menaces, la prison, les intimidations. Actuellement, j’occupe des fonctions à Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre. Il y a Seydi Gassama d’Amnesty Sénégal, Assane Dioma Ndiaye (Msdh), Babacar Bâ et autres, c’est eux d’incarner maintenant le leadership», indique-t-il.
ndieng@lequotidien.sn

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here