PARTAGER

Le commissaire de l’Uemoa chargé des Infrastructures, l’Ivoirien Koffi Koffi, a remis les clés du poste de contrôle juxtaposé construit par cet organisme sous régional dans le village guinéen de Boundou Fourdou, frontalier au département de Vélingara. C’était hier, en présence des autorités sénégalaises et guinéennes et du commissaire Koffi Koffi. Il s’agit de 2 bâtiments qui font face, distants de près de 50m, et qui vont accueillir la douane et police sénégalaises, de même que celles guinéennes. Pour la construction de l’infrastructure, chaque pays a donné une partie de son territoire (10 ha pour la Guinée et 5 ha pour le Sénégal). Objectif, selon l’adjoint du préfet du département de Vélingara Mamadou Lamine Ngom qui a reçu les clés du poste sénégalais, «alléger les contrôles des transporteurs des 2 pays qui, désormais, après s’être soumis aux contrôles des agents sénégalais et guinéens de ce poste, ne seront soumis à aucun autre contrôle le long du trajet jusqu’à Dakar où ils subiront une dernière vérifica­tion. Et vice-versa.» Cela est un projet de l’Uemoa, financé par la Banque africaine de développement (Bad). C’est que l’organisme sous régional qui regroupe 16 pays de l’Afrique de l’Ouest en est arrivé à la conclusion que les tracasseries routières subies par les transporteurs impactent négativement l’économie de leur pays. Selon nos sources, il sera créé un comité de gestion ad hoc qui va compter les forces de défense et de sécurité des 2 pays, des organisations de transporteurs, de la douane et des Eaux et forêts.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here