PARTAGER

C’était parti pour aller vite. Mais le choix d’une personnalité indépendante devant conduire le dialogue a ralenti les concertations politiques. Il se trouve que c’est lorsqu’une partie de la société civile a annoncé publiquement ses deux personnalités, Mazide Ndiaye et Pr Babacar Guèye, que les non-alignés sont sortis pour en faire de même en dévoilant les noms de Babacar Kanté et Alioune Sall. Invité de l’émission «Quartier général» de la Tfm mercredi, le ministre de l’Intérieur a semblé regretter cette médiatisation par les différents pôles. «On a donné des adresses mail à chaque parti pour envoyer les propositions ou amendements. Je rappelle qu’en 2017, avec le Cadre de concertation sur le processus électoral, ce sont les partis politiques eux-mêmes qui avaient proposé des noms de personnalités indépendantes», a-t-il rappelé. Aly Ngouille Ndiaye de poursuivre : «La majorité n’en avait pas fait, tout comme la société civile qui avait préféré rester neutre. Dans les différentes propositions, les noms de Saïdou Nourou Ba et du général Lamine Cissé revenaient régulièrement. Je n’avais pas voulu mêler Lamine Cissé à des questions politiques. Alors, j’avais décidé moi-même de ne pas le retenir. Je connaissais l’ambassadeur Saïdou Nourou Ba. Je l’ai reçu et il m’a dit qu’il était prêt à servir son pays. J’ai alors rendu compte au Président qui m’a demandé de le retenir.» Le ministre a donc semblé regretter ce faux de discrétion. «Si on avait maintenu cette démarche comme la dernière fois, cela aurait facilité le choix de la personnalité qui doit diriger les concertations», a-t-il souligné.
hamath@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here