PARTAGER

«Après l’étude de la météo sur la houle, les acteurs du domaine maritime se sont réunis et on a dit qu’on devait tracer un chemin sur la mer, c’est-à-dire là où il n’y aurait pas de houle supérieure à 1m 50. Ils sont partis de Gorée et ont fait un tracé maritime. On avait l’option d’avoir des bateaux de classe C qui résistent à des houles supérieures à 1m 50 ou avoir des bateaux de classe D, mais avec un tracé rigoureux qui va éviter les zones où il y a des houles de 1m 50. C’est comme la chaloupe de Gorée qui ne passe pas n’importe où. Le tracé a été fait et il n’y avait pas de problème. On avait la possibilité de faire Dakar Rufisque en 45 minutes parce qu’il n’y avait pas d’autoroute à péage. Mais les gens sont allés dire au Président Wade qu’on s’acheminait avec ces bateaux vers un deuxième naufrage après le Joola.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here