PARTAGER

Le maire de Notto Diobass Alioune Sarr, par ailleurs ministre du Tourisme et des transports aériens, a visité la ferme «Lion agricole de Diobass», située dans le village de Ngolfagnick, entre Thiès et Sindhia. Le périmètre agricole de 100 ha qui produit plusieurs variétés, avec un rendement de 80 tonnes à l’hectare, est un projet d’une valeur de 3,6 milliards de F Cfa et qui emploie 120 journaliers environ, en plus d’une vingtaine de permanents.

«Notto Diobass fait maintenant partie des références de production de l’oignon de qualité au Sénégal. Et c’est de l’oignon produit par des Sénégalais et qui n’a rien à envier à l’oignon hollandais ou belge». La remarque a été faite par le ministre-maire Alioune Sarr au terme de sa visite à la ferme «Lion agricole de Diobass». Un périmètre agricole de 100 ha dont une trentaine est en cours d’exploitation et qui produit plusieurs variétés d’oignons, avec un rendement de 80 tonnes à l’hectare.
Le gérant de la ferme, Hans Ham, a indiqué que «le projet n’est intéressé que par la culture de l’oignon de qualité». Il s’est réjoui d’avoir pu «cette année faire de l’exportation vers les Pays-Bas. C’est un exploit parce que la Hollande est déjà bien connue dans ce domaine, mais quand même on a fait pas mal de containers d’oignons à partir d’ici à destination de ce pays. C’est un premier pas dans l’exportation des oignons vers d’autres pays de l’Europe, notamment l’Espagne, mais aussi ici en Afrique, en Guinée Bissau, à Abidjan, entre autres». Pour M. Ham, «nous sommes maintenant arrivés à un nouveau chapitre de notre projet ici à Notto, grâce à un partenariat avec le maire de la commune, la Caisse nationale de crédit agricole du Sénégal (Cncas) et des partenaires hollandais, dont la première société semencière mondiale dans la culture de l’oignon». Lesquels partenaires, poursuit-il, «ont passé un accord avec le gouvernement sénégalais pour un grand projet qui s’appelle ‘’Amélioration de la filière oignon au Sénégal’’. On va signer le contrat le 6 juin prochain avec ce gouvernement et nous comptons démarrer la mise en œuvre d’ici la fin de l’année après six mois d’interception». Cela veut dire, précise-t-il, qu’«on veut accompagner les producteurs sénégalais pour renforcer leurs techniques et connaissances dans le domaine de la culture de l’oignon».
Dans ce cadre, annonce-t-il, «une école agricole qui aura un internat sera construite ici au niveau de la ferme». Aussi, dans le cadre de ce contrat, conclut-il, «nous allons construire un grand centre de conditionnement qui va créer pas mal d’emplois non seulement dans la gestion du centre, mais aussi dans le domaine du transport, de la logistique, de l’emballage etc.».
nfniang@lequotidien.sn

1 COMMENTAIRE

  1. oignon s’écrit ainsi et NON ognon comme vous l’entendez! C’est très grave!
    Merci M. HAM grâce à vous vous pourrons peut-être avoir un OIGNON de qualité. Quand je vois cette spéculation locale dans les supermarchés j’ai honte.
    L’agriculture ça s’apprend!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here