PARTAGER

La Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Dakar (Cciad) et le Port autonome de Dakar (Pad) ont uni hier leurs outils à travers une convention de partenariat portant sur la gestion du dispositif de pesage de véhicules lourds de transport de marchandises à l’intérieur du port. Les deux entités veulent ainsi améliorer la fluidité du trafic et rentabiliser l’activité portuaire.

La Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Dakar (Cciad) et le Port autonome de Dakar (Pad) ont signé hier une convention de partenariat sur la gestion du dispositif de pesage de véhicules lourds de transport de marchandises à l’intérieur du port. Cette première convention entre les deux entités qui cohabitent depuis 1949 constitue une nouvelle ère pour l’institution consulaire. En effet, la Cciad exploite depuis plus de 71 ans dans l’enceinte portuaire de Dakar des ponts bascules électroniques pour répondre aux besoins de rapidité, de neutralité et de fiabilité des opérations de pesage. Elle assure la pesée et la certification du poids public en vertu du décret 2003, portant fonctionnement et organisation des Chambres de commerce, d’industrie et d’agriculture du Sénégal. Ainsi, la Cciad, par le biais de ses peseurs assermentés, délivre aux opérateurs économiques un certificat de pesage attestant de la conformité du poids des marchandises.
«Cet acte administratif et juridique est d’une importance capitale dans le travail des opérateurs économiques et dans la planification des politiques économiques de l’Etat du Sénégal», a témoigné Abdoulaye Sow, président de la Cciad.
Pour le directeur général du Pad, le présent partenariat va contribuer à la fois à la fluidité dans l’enceinte du port, la gestion du service poids public et la sincérité des pesées nécessaires aux transactions économiques. Ababacar Sadikh Bèye évoque le décret n° 2003-827 du 10 octobre 2003, ainsi que l’application efficiente du règlement 14/2005/Cm/Uemoa, relatif à l’harmonisation des normes et des procédures du contrôle du gabarit, du poids et de la charge à l’essieu des véhicules lourds de transport de marchandises dans les Etats membres de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa). «Ce partenariat reste à mes yeux un gage certain de compétitivité de nos différents outils de travail», confie le Dg du Pad. Il est confirmé par Abdoulaye Sow qui se félicite d’un avantage pour la Cciad, le Pad et les usagers. «Ce partenariat nous permettra de mutualiser nos efforts de tous les jours pour lutter de façon efficace contre la congestion portuaire et améliorer la fluidité dans le port, tout en assurant une gestion optimale de nos outils de pesage», a rajouté Ababacar Sadikh Bèye.

Environ 900 milliards perdus à cause de la congestion
Le développement des échanges est tel que le trafic des marchandises au Pad est un véritable parcours du combattant pour les camionneurs qui peuvent faire environ 13 heures pour entrer et sortir du Pad. La pertinence de la convention réside donc dans la fluidité des activités du Pad. Par ailleurs, la congestion du Pad avait jusque-là des répercutions sur sa part de marché. «Ce partenariat permettra à nos deux entités de rationnaliser nos interventions pour non seulement améliorer la fluidité du trafic à l’intérieur du port, mais aussi d’assurer la sécurité des pesées nécessaires aux transactions économiques pour une relance des niches économiques telles que ficelées à travers le Plan Sénégal émergent», a souligné Abdoulaye. Sow.
Le caractère exceptionnel du partenariat, c’est aussi cette possibilité pour les deux partenaires d’ajouter des points de croissance à l’économie nationale. La congestion est estimée entre 6% et 8% de Produit intérieur brut (Pib). «6% à 8% de Pib, c’est à peu près 13 mille milliards de Pib en valeur. Nous sommes entre 700, 800 à 900 milliards perdus, parce que simplement personne n’entre et personne ne sort et nous avons en moyenne 13 heures pour les camions pour entrer et sortir du port. Donc il est extrêmement important que nous puissions travailler ensemble pour permettre de lutter contre cette congestion», affirme le Dg du Pad.
En 2019, le Pad a fait 19 millions de tonnes et envisage d’atteindre les 20 millions cette année.
Le partenariat sur le pesage englobe toute l’étendue du domaine intérieur de la barrière douanière et des plateformes concédées. D’après le président de la Cciad, le maillage de la certification du pesage sur l’ensemble de l’enceinte portuaire contribue à la bonne gouvernance et à une meilleure prise en charge des statistiques dans cette enceinte.
ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here