PARTAGER

Le Fonds des Nations unies pour la population (Unfpa) et le gouvernement canadien sont au chevet des femmes et des adolescentes dans les régions du Sud. Ils ont offert 10 ambulances et 8 véhicules de supervision. Ce geste entre dans le cadre du projet «Amélioration de la santé et du bien-être des femmes et des adolescentes du Sud du Sénégal» pour «zéro décès maternel», «zéro violence basée sur le genre» et «zéro besoin non satisfait en Pf».

Le Fonds des Nations unies pour la population (Unfpa) et le gouvernement canadien ont offert au ministère de la Santé et de l’action sociale, 18 véhicules d’un montant de 330 millions de francs Cfa. Cet important matériel roulant notamment dans le système de référence est destiné aux régions de Tambacounda, Ziguinchor, Sédhiou, Kolda, Kédougou. Ainsi les districts de santé de Salémata, Kolda, Thionk Essyl et les régions médicales de Tambacounda et Sédhiou sont maintenant dotés de «cinq ambulances de dernière génération», d’après la Représentante résidente de l’Unfpa, Cécile Compaoré Zoun­grana. Quant aux régions médicales de Kédougou, Tamba­counda, Sédhiou, Ziguin­chor et le district sanitaire de Vélingara, ils bénéficient de véhicules 4X4 pour «assurer la supervision et le suivi des interventions sur le terrain». Ce geste entre dans le cadre du projet «Amélioration de la santé et du bien-être des femmes et des adolescentes du Sud du Sénégal». Il entend renforcer «l’offre de services intégrés de santé sexuelle et reproductive pour les femmes et les jeunes». Ceci pour atteindre l’objectif stratégique «zéro décès maternel», «zéro besoin non satisfait en planification familiale» et «zéro violence basée sur le genre», souligne la Repré­sentante-résidente de l’Unfpa au Sénégal.
Le choix de ces cinq régions est pertinent puisque, ajoute la Représentante-résidente de l’Unfpa, malgré les efforts consentis, le nombre de décès maternels est encore de loin supérieur à la moyenne nationale de 236 décès pour 100 mille naissances vivantes. Et l’une des causes ce cette mortalité, «est l’hémorragie». Or, soutient Mme Zoungrana, les ambulances jouent un rôle essentiel notamment dans la référence et la survie des femmes.
Réceptionnant le matériel, Abdoulaye Diouf Sarr, reconduit à la tête du département de la Santé à la suite de l’élection présidentielle, a qualifié cet acte de haute portée professionnelle et sociale. Il estime que «ce projet vient consolider les acquis et accélérer les efforts du gouvernement pour offrir des soins de qualité aux besoins en santé des femmes et des adolescentes», se réjouit-il. La directrice et chef de coopération de l’ambassade du Canada au Sénégal a, pour sa part, affirmé que l’amélioration de la santé de la mère et des filles les rend autonomes. «Quand les femmes et les filles ont accès à des services de santé reproductive, elles peuvent étudier plus longtemps, avoir un accès à un meilleur revenu et contribuer au développement de leur communauté», souligne Monika Vade­boncoeur.
Il faut rappeler qu’au titre de l’année 2018, le Sénégal a bénéficié de divers lots de matériels notamment des ambulances et véhicules pour une valeur de près de 525 millions de francs Cfa.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here