PARTAGER
Racine Sy, président du patronat du tourisme.

L’Institution de prévoyance retraite du Sénégal (Ipres) a entamé avec le ministre de l’Economie, des finances et du plan des discussions devant aboutir à la mise en place d’une pension minimale dès le premier trimestre 2018, a annoncé son président, Mamadou Racine Sy. «Nous sommes en discussion avec le ministre de l’Economie pour que la pension minimale soit mise en œuvre, conformément à l’engagement du chef de l’Etat lors de la conférence sociale», a-t-il déclaré lors d’une journée promotionnelle dédiée à l’Ipres dans le cadre de la 26e édition de la Foire internationale de Dakar (Fidak, 16-31 décembre). Selon Mamadou Racine Sy, les discussions entamées de­vraient aboutir à la mise en place d’une pension minimale au cours du premier trimestre 2018, avec effet en janvier, pour permettre aux ayants droit de toucher «une pension minimale égale à 98% du Smig», le Salaire minimum interprofessionnel garanti. Il s’agit, selon lui, d’une «avancée révolutionnaire», les pensions alimentaires ayant augmenté de «plus de 40%» au cours de ces quatre dernières années, a affirmé le président du Conseil d’administration de l’Ipres. «Je crois que quelles que soient les augmentations, les retraités, compte tenu de la reconnaissance, de la gratitude qu’on leur doit, n’auront jamais assez d’augmentation parce que la vie est chère et ce sont eux qui tiennent encore leurs maisons», a fait valoir Mamadou Racine Sy. L’Ipres doit dans le même temps aller vers «des réformes systémiques», estimant qu’il est temps que tous les acteurs, avec le système d’appoint actuel, «puissent s’asseoir autour d’une table pour réfléchir sur l’avenir de la prévoyance sociale au Sénégal».
Aps

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here