PARTAGER

Les abris-bus sont très importants dans nos pays, d’abord du fait des intempéries (soleil, pluie, vent poussière) auxquelles sont confrontés les voyageurs en attente de bus, ensuite, le parc automobile insuffisant et vétuste de nos sociétés de transport public par rapport à la forte demande de mobilité de nos populations qui contraint ces dernières à de longues attentes dans ces abris-bus. Ainsi, la nécessité de rendre de tels ouvrages confortables s’impose afin de ne pas transformer la longue attente en calvaire.
Récemment, j’ai eu l’agréable surprise de constater que les abris-bus sont en train d’être aménagés, j’ai naturellement applaudi des deux mains, pensant enfin que ma population aura droit à des abris confortables, de dernière génération, qui peuvent même renseigner sur l’heure d’arrivée du prochain bus et de son itinéraire comme c’est le cas en Europe par exemple.
Hélas, ma joie fut de courte durée juste le temps de voir ces «joyaux» sortir de terre. Aucun confort, aucune protection contre le soleil, le vent, la pluie n’en parlons pas. Le plus choquant dans cet aménagement est que le seul banc incommode ne peut contenir que quatre personnes au maximum devant des dizaines de passagers qui attendent régulièrement le bus. Seuls les espaces publicitaires sont bien aménagés sous l’autel du confort des voyageurs.
Visiblement, l’entrepreneur, très loin de nos réalités, n’a pas fait faire des études préalables sur les besoins et attentes des populations.
Comment peut-on construire des abris-bus dans nos villes à forte densité humaine et les doter d’un seul banc ne pouvant contenir que quatre personnes au maximum, poussant ainsi les autres passagers en attente à se réfugier derrière l’ouvrage ?
Comment peut-on construire dans nos pays réputés chauds des abris où les passagers en attente de bus qui arrivent de façon très irrégulière sont frappés de plein fouet par le soleil et les autres intempéries ?
Est-ce que les responsables de la société Dakar dem dikk, accompagnés par l’entrepreneur, ont fait le tour de la ville pour constater comment ces nouveaux abris-bus inconfortables et incommodes massacrent les voyageurs en attente de bus ?
Quand va-t-on être sérieux et rigoureux dans l’exécution des marchés publics dans ce pays ? Cet entrepreneur doit être dans ses petits souliers et doit être sommé de reprendre immédiatement son ouvrage catastrophique.
J’ai été révolté par la qualité de cet ouvrage, quand j’ai vu une dame en attente de bus piquer un malaise à cause de la longue attente, mais surtout du soleil qu’elle recevait de plein fouet.
Est-ce que  la société Ddd est dans une santé financière qui lui permet de lancer un tel marché pas indispensable du tout, puisque des abris-bus plus ou moins acceptables existaient déjà ? Je ne veux pas croire qu’on a juste voulu enrichir quelqu’un, mais bon…
Oumar SONKO
Juriste
Dakar Plateau

1 COMMENTAIRE

  1. Je viens de voir sur la photo l’abribus. Comparativement aux abri-bus les plus récents mis en service à Paris , résultat du délire d’un designer et qui donc ne sont pas du tout adaptés aux attentes des voyageurs, celui présenté en photo n’est pas si mal que cela avec un grand toit. Maintenant, il est vrai qu’il ne protège pas du soleil quand ce dernier est orienté comme sur la photo. En regardant bien, j’ai l’impression que les voyageurs ont trouvé la solution : il suffirait que les abri-bus soient équipés d’un banc de chaque côté de la paroi arrière. Amicales salutations depuis la France

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here