PARTAGER

Pour une conférence de presse sur le sucre, Louis Lamotte ne perd pas de temps pour évoquer l’actualité du football national. L’ancien vice-président de la Ligue Pro livre son analyse après l’élimination des clubs sénégalais des compétitions africaines, à savoir Jaraaf et Génération foot.

Disparu des radars du paysage sportif depuis sa défaite à la présidence de la Fédération sénégalaise de football en août 2017, Louis Lamotte joue les prolongations de l’actualité du ballon rond. Accro­ché hier en marge de la conférence de presse de l’Unacois/Yeessal, l’ancien vice-président de la Ligue sénégalaise de football professionnel trouve que les clubs sénégalais sont «abonnés» aux éliminations au premier tour des compétitions africaines. Le Jaraaf (Ligue des champions) et Génération foot (Coupe Caf) sont victimes, selon M. Lamotte, de la politique de la Fédération sénégalaise de football (Fsf). «Aujourd’hui, nous avons une politique de football qui ne s’occupe que de l’Equipe nationale et non de la base. Le football sénégalais est mauvais parce que nos clubs sont mauvais», déplore-t-il, considérant que les clubs sénégalais sont «dépassés».
Pour Louis Lamotte, ces éliminations posent le problème du statut du club sénégalais qui sombre dans des «formes associatives qui ne répondent plus aux critères et aux exigences du professionnalisme». Il poursuit : «Il faut repenser l’organisation des clubs, les ‘’reprofiler’’, en faire de petites entreprises professionnelles capables de générer des ressources et de pouvoir avoir le minimum de moyens, un terrain gazonné aux normes. A part Diambars et Génération foot, quel est le club qui a un stade ? On ne peut pas s’entraîner sur du sable ou faire la queue à Léopold Senghor pour des entraînements et prétendre au professionnalisme. Ni l’Etat ni la fédération n’ont ce mérite d’avoir 23 joueurs expatriés qui jouent pour l’Equipe nationale.»

«Le niveau de l’arbitrage africain est bas»
Par ailleurs, M. Lamotte trouve «dommages» les violences notées à la suite du match entre le Jaraaf et le Wydad ahtlétic club (Wac), samedi dernier. S’il est conscient que le club de la Médina sera sanctionné, il estime cependant que le football africain «doit être beaucoup plus professionnel, plus exigeant sur l’arbitrage». Il dit : «On a du mal à voir un arbitrage digne pour consacrer le professionnel. Le niveau de l’arbitrage africain est tellement bas qu’il faut, à mon avis, faire appel à des arbitres étrangers venus d’Eu­rope et d’Amérique lors de nos compétitions internationales. Il le faut pour contourner les petits arrangements d’avant match… Ce sont des pratiques africaines. La Caf a du travail sur ce registre.»
S’agissant de la prochaine Can 2019, Louis Lamotte appelle Me Augustin Senghor et son équipe à réunir tous les Sénégalais autour de l’Equipe nationale. «La fédération doit faire en sorte que tous les Sénégalais se sentent concernés par cette Can et que la mobilisation soit partout de mise. Je regrette la manière dont la fédération a géré la Coupe du monde. C’était comme un bocal», conclut-il.
bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here