PARTAGER
Pr Mary Teuw Niane, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche.

24 heures après les recommandations du Président Macky Sall en Conseil des ministres pour une année scolaire et universitaire apaisée, le ministre de l’Ensei gne ment supérieur, de la recherche et de l’innovation, Mary Teuw Niane, a installé le Comité de dialogue social de l’enseignement supérieur. Il espère une année calme malgré de nombreux problèmes qui restent encore à être évacués.

Le ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation anticipe sur la prochaine rentrée universitaire. A Saly, Mary Teuw Niane a mis en place du Comité de dialogue social de l’enseignement supérieur qui va permettre la création d’un cadre pour le suivi des différents accords signés avec le Saes et le Syndicat du personnel administratif des universités et aborder cette nouvelle année dans un esprit de sérénité. Il dit : «Il y a une partie qui s’adresse au gouvernement qui a l’exécution des décisions contenues dans les accords. Il faut souligner que sur les accords signés, beaucoup a déjà été fait. Il reste des choses à faire et nous allons saisir ce mois pour que les différentes structures concernées puissent évidemment les mettre en œuvre. Ça c’est le volet de l’Exécutif. Maintenant, il y a le volet de construction ou de reconstruction d’un espace de paix, de dialogue, de confiance entre tous les acteurs, car il ne va pas manquer de difficultés.» Surtout à cause de l’augmentation du nombre de bacheliers qui frappent aux portes des universités qui étouffent. «Hier (Mercredi), nous faisions l’évaluation de l’évolution des étudiants dans l’enseignement supérieur. Nous passons en 5 ans de 100 mille étudiants à 161 mille étudiants pour l’année 2017. Une hausse de 61%. Cela a un effet sur le secteur et il faut résoudre les problèmes dans la discussion, le dialogue et des esprits ouverts ; c’est cela qu’on attend de ce comité sectoriel de dialogue social. Et aussi d’anticiper et de prendre les problèmes des acteurs comme étant ceux du comité et d’essayer avec ceux qui sont chargés de les résoudre de trouver des solutions. Nous voulons et souhaitons que nos universités soient stables et puissent travailler dans la durée», a recommandé Mary Teuw Niane.

Interpellé sur la dette due aux universités privées, M. Niane rassure : «Le ministre de l’Economie, des finances et du plan a, à travers la Loi de finances rectificative, mis à notre disposition 3 milliards de francs Cfa. Et comme nous l’avions dit, nous avons réuni les trois organisations de ces écoles, le Collectif des établissements privés d’enseignement supérieur (Cepes), la Fédération des établissements privés d’enseignement du supérieur (Fepes) et ensuite la Conférence des grandes écoles, pour s’accorder sur la répartition de ces 3 milliards. Après cet accord, le ministre de l’Enseignement supérieur a pris toutes les décisions et aujourd’hui elles sont au niveau du Trésor et j’espère que très rapidement le paiement va être fait.» Il le faut pour éviter des dysfonctionnements dans les orientations des nouveaux bacheliers. A en croire M. Niane, la campagne pour l’inscription des étudiants sur Campusen a pris fin dimanche dernier. «Nous avons fait une innovation de taille puisque sur la plateforme, nous avons demandé aux étudiants aussi bien de dire leurs choix pour les établissements publics, mais aussi privés. Cela répond à une demande des établissements privés comme publics pour que nous orientions l’étudiant le plus tôt possible.» Et les résultats sont «satisfaisants». «Sur les 55 mille bacheliers, 53 mille ce sont effective ment inscrits sur Campusen. Il n’y a que 2 100 qui n’ont pas souhaité s’inscrire sur Campusen et il y a à peu près 700 autres qui ont entamé les procédures et qui ne les ont pas terminées malgré la semaine supplémentaire qu’on leur a accordé», souligne le ministre. A ce rythme, les nuages semblent être dégagés. «Bientôt les listes vont être envoyées au niveau des universités qui vont faire les classements, les renvoyer à la direction générale de l’Enseignement supérieur et ensuite les orientations vont commencer. Et notre souhait cette année est de terminer toutes les orientations au plus tard à la fin du mois d’octobre», espère le ministre.
abciss@lequotidien.sn

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here